2010, la courte durée (LCD) a repris des couleurs…

Publié le par

Après avoir beaucoup souffert de la crise, tant financière (accès au financement) qu’économique (chute de l’activité) en 2009, la location de courte durée a repris quelques couleurs en 2010, mais avec un temps de retard. En effet, si le premier trimestre (– 5 %) n’a été que la continuité de 2009, dès le deuxième trimestre (décisif pour l’activité) la LCD a rebondi en termes d’évolution (+ 3,5 %), alors que la tendance générale demeurait négative (– 2 %). Ces deux indicateurs liés à l’évolution du nombre des contrats ne sont repassés ensemble en positif qu’au troisième (+ 2,5 % et + 0,5 %) et au quatrième trimestre (+ 2 % et + 2 %). Quant aux jours de location facturés, ils n’ont évolué, eux aussi, qu’à compter du deuxième trimestre pour terminer l’année à + 7,5 % (4e trimestre 2010). Et ce, quelle que soit la nature du véhicule, même si les utilitaires légers et les VP ne se sont pas nécessairement comportés de la même façon. Les VP n’ont connu qu’une progression de 1,5 % en nombre de contrats contre + 3,5 % pour les utilitaires. Quant au nombre de jours de location, là aussi la tendance VP positive (+ 2,5 %) est inférieure à celle des VUL (+ 7 %).
Si les loueurs de courte durée et les constructeurs peuvent se satisfaire de cette reprise, ce n’est pas le cas pour ce qui est du stationnement en ville dans certaines agglomérations. En effet, plusieurs communes françaises ont récemment pris des arrêtés municipaux visant à interdire ou à limiter le stationnement des véhicules de location sur la voie publique. « Outre le fait que leur rédaction présente parfois des ambiguïtés, ces réglementations pénalisent très fortement la profession des loueurs et représentent une menace sérieuse pour l’activité, qui souffre déjà du manque fréquent de places de stationnement dans les villes » déplore le CNPA. Afin d’empêcher la propagation de ce type de mesure, considérée comme aléatoire et abusive, les loueurs du CNPA ont entrepris des démarches au niveau politique, notamment auprès de l’association des maires de France. Le CNPA a ainsi déposé un recours pour excès de pouvoir auprès du tribunal administratif de Melun, où un arrêté de ce type a été pris en décembre 2010, afin de tenter d’obtenir son annulation. Parallèlement, des efforts sont effectués auprès de la ville de Douai, une des premières à avoir pris ce type d’arrêté, pour entamer une concertation dans un esprit de coopération et permettre aux loueurs de poursuivre sereinement leur activité tout en respectant le domaine public.
Source CNPA, branche LCD.

Mots clefs associés à cet article : LCD, Véhicule utilitaire léger (VUL)

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter