Wikango tourne le dos à ses concurrents

Publié le par

Wikango tourne le dos à ses concurrents

L’Afftac, l’association française des fournisseurs et utilisateurs de technologies d’aide à la conduite, créée en 2011 en réaction à la menace du gouvernement de l’époque de supprimer les avertisseurs de radar, perd l’un de ses membres fondateurs. Loïc Rattier, directeur associé de Wikango, a annoncé sa démission de cette association dont il était le président afin, dit-il, de « reprendre [s]a liberté de parole ». L’interprétation qu’auraient certains membres de l’Afftac du protocole Guéant signé le 28 juillet 2011 ne correspond plus à la vision qu’il en a. Loïc Rattier, qui souhaite une remise à plat de cet accord, plaide pour des appareils et des outils allant dans le sens d’une meilleure sécurité sur les routes. Une vocation qu’aurait perdue de vue son principal rival, Coyote pour ne pas le nommer, revenu selon lui à une communication axée sur la sauvegarde des points de permis.
Le patron de Wikango, qui déplore ne pas être associé aux différentes réunions sur la sécurité routière malgré de nombreuses demandes de sa part, est convaincu que les fabricants d’avertisseurs ont un rôle important à jouer dans l’objectif de 2 000 morts sur les routes fixé par Manuel Valls. Il plaide pour la création de véritables outils servant la prévention routière. Il demande pour cela l’accès aux données publiques relatives à la sécurité, mais aussi la mise en commun des informations remontées par les différentes communautés, y compris celle de Coyote... « Tous les évènements, qu’ils soient remontés par des automobilistes, les sociétés d’autoroutes ou les pouvoirs publics, devraient arriver sur un serveur central et être diffusés sur l’ensemble des outils communicants. De nombreux acteurs ont des infos qui peuvent remonter sur nos appareils », avance Loïc Rattier.
Son ambition est de démocratiser à terme les outils contribuant à une meilleure sécurité sur les routes. « Aujourd’hui, nous nous adressons à 4 millions d’utilisateurs. Il y a 40 millions d’automobilistes en France. Nous sommes convaincus qu’un changement de posture aux côtés de la Sécurité routière participera à la transformation de notre modèle économique, parallèlement à l’évolution des technologies de l’information et aux usages. Demain, la différence entre acteurs se fera sur les services associés et l’innovation, pas sur la donnée, ni sur un modèle d’abonnement captif », explique le dirigeant. Une vision que ne partagent pas ses concurrents à l’heure actuelle...
Wikango, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros en 2013, compte s’adresser au nouveau gouvernement dans les semaines qui viennent. Il est par ailleurs prévu le lancement d’un nouvel appareil dans les prochaines semaines.

Mots clefs associés à cet article : Coyote

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER