Volkswagen Touran, fidèle à ses principes

Publié le par

Après douze ans de bons et loyaux services, le Touran premier du nom cède la place à son successeur. Habitable et bien conçu, le nouveau modèle marche dans les pas de son ancêtre.

Le monospace gagne en habitabilité et en modularité.
Le monospace gagne en habitabilité et en modularité.

L’heure de la retraite a enfin sonné pour le monospace compact de Volkswagen. Cela valait la peine d’attendre puisque son remplaçant hérite de toutes les nouveautés introduites ces dernières années au sein du groupe allemand, à commencer par la plate-forme MQB et les motorisations essence et Diesel qui l’accompagnent. Pour l’occasion, il a également gagné 13 centimètres en gabarit pour se mesurer au Renault Grand Scénic ou au Citroën C4 Grand Picasso. Bien sûr, il peut se commander dès lors en sept places, configuration qui le distingue du Sportsvan apparu récemment.

Sur le plan esthétique, le monospace allemand reste fidèle à lui-même. L’intérieur respire le sérieux et la tradition. La finition est très correcte, et l’ergonomie sans défaut. Le Touran brille par son aménagement très intelligemment conçu. Il a renoncé à ses sièges amovibles au profit de modèles escamotables en plancher plat. Une architecture identique à celle de la plupart de ses concurrents mais parfaitement réalisée : tout est à portée de main et facile à manipuler. L’accès aux places arrière est aisé, et sur les finitions hautes le siège passager est également rabattable.

Un tarif salé

JPEG - 1.9 Mo
La qualité de finition est l’un des points forts du Touran.
Nous avons retenu pour notre essai la version la plus susceptible de convenir aux entreprises, à savoir celle équipée du 1.6 l TDI 110 ch couplé à la boîte manuelle. Un moteur identique à celui de la Golf, qui souffre un peu de la masse supérieure du Touran et de la résonance de la caisse. Il se montre en effet moins alerte à bas régime et nettement plus bruyant. À noter enfin que la gamme Touran n’intègre pas de version à moins de 100 g/km de CO2, contrairement à celle du Citroën Grand C4 Picasso.

On l’aura compris, le Touran rend une copie sans surprise mais pas sans lacunes. Il fait pourtant payer fort cher son badge, ses tarifs étant nettement plus élevés que ceux de ses concurrents. Un écart que ses équipements de sécurité supplémentaires (freinage automatique d’urgence, système Pre-Crash) compensent difficilement.

Mots clefs associés à cet article : Volkswagen, Monospace

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER