Vive le moteur thermique !

Publié le par

Il reste encore beaucoup à faire sur les moteurs thermiques.
Il reste encore beaucoup à faire sur les moteurs thermiques.

Le bon vieux moteur à pistons et combustion interne ne cesse d’évoluer et continue de le faire dans le même temps où les carburants utilisés, qu’ils soient d’origine fossile, agricole ou issus de la biomasse, ne cessent eux-mêmes de progresser. Les moteurs thermiques évoluent sur plusieurs points, dont le premier n’est autre que le “downsizing”. Ce procédé permet une réduction de cylindrée, tout en conservant la puissance d’un plus gros moteur, mais avec beaucoup plus de couple. Le tout étant plus économe en carburant et moins polluant. Un résultat rendu possible grâce à l’injection directe de gazole hier et d’essence aujourd’hui, le tout géré par une électronique de plus en plus sophistiquée couplée à l’utilisation de turbocompresseurs plus petits, simples ou doubles qui améliorent puissance et souplesse. L’ensemble permet de réduire drastiquement la consommation, donc les émissions de CO2.
Et l’on va aujourd’hui plus loin encore avec les systèmes électro-hydrauliques de calage variable des soupapes (MultiAir essence) ou encore, par exemple, les vannes EGR à basse pression et les pompes à huile à cylindrée variable du tout nouveau moteur Diesel Energy dCI 130 de Renault. En complément, les ingénieurs travaillent sur l’allègement des voitures (le poids est toujours l’ennemi !), des trains roulants plus performants et des pneumatiques plus économes en carburant. Et directement en prise, avec ces nouvelles motorisations, les progrès se font également sur des boîtes de vitesses automatiques à 6, 7 ou 8 rapports à double embrayage ou entièrement électroniques (électro-hydrauliques), deux systèmes nécessairement gérés par des calculateurs.
Qu’ils soient seuls ou aidés par un système Stop&Start qui va se généraliser, et c’est tant mieux, les moteurs thermiques d’aujourd’hui et de demain seront de plus en plus petits, puissants et économes et couplés à des moteurs électriques (hybridation) en attendant les encore trop coûteux véhicules totalement électriques, voire la pile à combustible. Les thermiques d’aujourd’hui et ceux de demain, plus particulièrement les “essence”, ne sont pas à redouter. Finalement, il n’y a que près des côtes escarpées que les “thermiques” soient à craindre… Sur ce, soyez prudents et très bonnes vacances à tous !

Mots clefs associés à cet article : Essence, Diesel, Pollution

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER