Vedecom inaugure son fablab de moteurs électriques

Publié le par

À l’occasion de son deuxième anniversaire, l’institut Vedecom inaugure le premier atelier de prototypage du groupe motopropulseur de son futur centre d’électrification.

Le fablab accueille le sixième exemplaire d'une bobineuse de prototypage.
Le fablab accueille le sixième exemplaire d'une bobineuse de prototypage.

C’est un atelier unique en Europe. Vedecom vient d’inaugurer son fablab d’électrification de véhicules sur le site de Versailles-Satory, hébergé par l’IFFSTAR. Celui-ci devrait lever certains freins à l’innovation, tels que la possibilité de développer ses idées en produit fini, et rapidement. Grâce à cet atelier, les ingénieurs sont capables, dans les heures ou jours qui viennent, d’avoir la réalisation concrète de leur recherche.

L’atelier est composé de machines de prototypage permettant le processus de fabrication complet des groupes motopropulseurs (GMP) des futurs véhicules électriques. Le groupe motopropulseur (GMP) – hormis la batterie – peut être réalisé intégralement dans ce lieu, avec des objectifs à atteindre en termes de poids, coûts et puissance.

Tester l’ensemble des possibilités d’électrification

Pour l’électrification des véhicules, il existe une multitude de possibilités. « Une seule entreprise ne peut tester l’ensemble des cas de figure. C’est pour cela qu’il est important d’avoir un lieu de recherche des différentes technologies possibles » explique Guillaume Devauchelle, président de Vedecom.

JPEG - 3.9 Mo
Au début du processus, la première machine permet de fabriquer les rotors et stators, deux pièces formant le circuit magnétique au cœur de la machine électrique. Ceux-ci sont formés grâce à l’assemblage de fines tôles magnétiques de 2 millimètres d’épaisseur grâce à une soudeuse laser. Cette dernière permet une soudure propre et fine. L’épaisseur des plaques offre un meilleur rendement à la machine électrique.

Une machine presque unique en son genre

JPEG - 4.2 Mo
Comme le moteur est composé d’une partie fixe (stator) et d’une partie mobile (rotor), il est nécessaire de fabriquer des carters. La fonction des machines suivantes : l’une permet de réaliser les pièces dites de révolution, une autre les pièces planes. Une troisième assure l’équilibrage des pièces avec restitution des mesures sur écran pour savoir s’il est nécessaire d’ajouter ou de retirer de la matière.

JPEG - 4.9 Mo
La dernière machine permet le bobinage du rotor et du stator. « La bobineuse quatre axes permet de positionner le fil de cuivre comme on le souhaite » explique Olivier Savinois, en charge des projets au sein du fablab. « Elle doit être le sixième exemplaire dans le monde » ajoute-t-il. Elle permet le prototypage, mais fonctionne selon le même principe qu’une bobineuse industrielle.

L’investissement pour ce nouveau lieu de prototypage s’élève à 1,8 million d’euros.

Dans la galerie d’image, dans l’ordre : une tôle magnétique après découpe laser, la machine de découpe et de soudure, la tourneuse, une pièce plane, la fraiseuse, l’équilibreuse, et enfin un stator (à gauche) et un rotor (à droite) provenant d’un Renault Kangoo.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER