V-Traffic dévoile le palmarès 2014 des axes les plus embouteillés d’Ile-de-France

Publié le par

V-Traffic, l’une des références en matière d’information trafic en France, vient tout juste de publier son étude annuelle, qui dresse le bilan d’une année de déplacements en Ile-de-France. L’expert du trafic analyse les raisons de l’amélioration des conditions de circulation constatée en 2014.

V-Traffic dévoile le palmarès 2014 des axes les plus embouteillés d'Ile-de-France

L’amélioration du trafic sur le périphérique parisien annoncée en janvier par la Mairie de Paris et confirmée par V-Traffic n’est pas un phénomène isolé. En effet, le spécialiste ne constate pas de lien unique et direct entre la baisse de la vitesse maximale autorisée et l’amélioration des conditions de circulation sur le périphérique. L’étude V-Traffic révèle une diminution générale d’environ 10 % du nombre de kilomètres d’embouteillages sur l’ensemble de l’Ile-de-France entre 2013 et 2014 aux heures de pointe.

Cependant, malgré cette tendance positive, la circulation reste très problématique en Ile-de-France, comme a pu le constater V-Traffic tout au long de l’année et le démontre dans son étude, qui révèle le classement des axes les plus embouteillés d’Ile-de-France :
- 1re place : l’A6 reste, cette année encore, l’autoroute francilienne la plus difficile, avec 29 minutes perdues par jour pour un trajet banlieue-Paris-banlieue, en 2014 comme en 2013.
- 2e place : l’A4 est un des rares axes à voir ses difficultés progresser en 2014 avec 24 minutes perdues par jour en 2014 contre 23 minutes en 2013.
- 3e place : la N118 s’améliore de façon notable, elle descend d’une place dans le classement et passe ainsi de 28 minutes perdues par jour en 2013 à 23 minutes en 2014.

En 2014, de multiples facteurs ont permis d’améliorer la fluidité du trafic en Ile-de-France ainsi que sur le périphérique parisien, notamment :
- la fin des plus grands chantiers de mise en conformité des 22 tunnels d’Île-de-France, opération de grande ampleur qui est en cours depuis 2008 aux quatre coins de la région Ile-de-France ;
- une météo plus clémente, 2014 étant d’ailleurs classée comme l’année la plus chaude depuis 1900 selon Météo France. Le nombre de jours de gel en 2014 a été largement inférieur à celui de la moyenne annuelle parisienne (25 jours) puisqu’il n’a gelé que 2 jours dans l’année ;
- une activité économique peu tonique : taux de chômage à la hausse depuis le troisième trimestre 2014 et faible taux de création d’entreprise avec pour conséquence moins de camions sur les routes, des livraisons en baisse et des automobilistes qui ont modifié leurs habitudes (moins de déplacements, nouveaux horaires). Et naturellement, pendant cette période, les automobilistes ont su profiter du développement de nombreux services de trafic en temps réel sur PC ou sur smartphone afin de modifier et d’adapter leurs trajets habituels en fonction du trafic.

Les tendances de 2015

La Mairie de Paris a d’ores et déjà annoncé ses propositions phares pour lutter contre la pollution de l’air dans la capitale, à commencer par celles visant les véhicules les plus polluants. C’est ainsi que :
- dès le 1er juillet prochain, les cars et poids lourds les plus polluants devraient progressivement être interdits de circulation dans Paris. Conséquence probable, les cars devront trouver des emplacements d’arrêt/stationnement en périphérie. Trafic et stationnement se reporteront alors vers les abords de la capitale, engorgeant d’autant les axes concernés ;
- une voie réservée aux bus et aux taxis entre Paris et l’aéroport de Roissy devrait être opérationnelle dès le premier trimestre 2015. Elle offrira aux véhicules autorisés un gain de temps d’une dizaine de minutes mais, avec la diminution de capacité, l’amplification des encombrements devrait être marquante sur l’A1 avec un report sur l’A3 à prévoir (axe Roissy/porte de Bagnolet) ainsi que sur les axes à proximité (N3, N1, etc.) ;
- au deuxième trimestre 2015 ce sera au tour de l’A6 entre Orly et Paris (tronçon entre A86 et boulevard périphérique) de proposer ce type d’aménagement de la chaussée afin d’encourager les usagers des aéroports à préférer taxis et bus, ou les transports en commun. D’ici à 2020, cette voie spéciale sera progressivement étendue aux autoroutes A3, A10, A12 ainsi qu’aux nationales N104 et N118.

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER