Toyota Avensis, une routière bien tranquille

Publié le par

Toyota Avensis, une routière bien tranquille

Toyota renouvelle de fond en comble sa berline familiale Avensis. Considérée comme une voiture sans histoire, à la fiabilité engageante, la nouvelle mouture devra pour réussir séduire les flottes, qui représentent une large part des immatriculations du segment. Les lignes perdent la fluidité et la douceur de la version précédente pour des angles plus nets et stricts… La version break SW apparaît plus réussie, avec sa ligne de vitrage remontant vers l’arrière et son hayon abrupt. À noter que les deux carrosseries sont lancées simultanément. Par rapport à l’ancienne version, les dimensions progressent très modérément. L’empattement, pour sa part, ne varie pas d’un iota, signe que le constructeur s’est appuyé en grande partie sur la plate-forme originelle. À l’intérieur, la planche de bord apparaît solide mais dépourvue de la moindre touche de fantaisie. En revanche, la finition ne prête pas le flanc à la critique. Ainsi, l’assemblage, l’ajustage et la qualité sont là. Les compteurs, illuminés dans un jaune chaleureux et doux pour les yeux, s’avèrent fort lisibles.

Confortable et spacieuse

À l’arrière, la place ne manque pas. En revanche, les grands opteront pour le modèle SW, dont la garde au toit gagne plusieurs centimètres aux places arrière. Quant aux vitrages latéraux, ils sont réduits à la portion congrue, au moins à l’arrière, où ils ressemblent à des meurtrières. Le coffre pour sa part digérera sans mal 530 litres de bagages pour la berline et un peu plus encore pour le break, soit une valeur de haut niveau ! Les moteurs voient leurs émissions de CO2 réduites de plusieurs dizaines de grammes. Les consommations également diminuent avec, sur les trois moteurs Diesel de 126, 150 et 177 ch, un gain de près d’un litre aux cent kilomètres en moyenne en cycle mixte. Pourtant, aucune version n’a droit au moindre euro de bonus. Le filtre à particules est toutefois disponible en série sur tous les diesels. Au volant, la voiture n’apparaît pas très vive, ni agréable à mener.

JPEG - 71.1 ko
Cependant, les longs voyages autoroutiers sont avalés sans coup férir. En plus de la traditionnelle panoplie d’airbags, avant, latéraux et rideaux, l’Avensis propose aussi un coussin gonflable aux genoux, pour le conducteur. L’auto est également dotée de l’aide au freinage d’urgence, de l’ESP ou des appuie-tête actifs aux places avant. Le groupe japonais propose sur les finitions hautes une caméra de recul qui permet d’éviter les éléments de mobiliers urbains notamment, si difficiles à détecter.

Tarifs en hausse

La nouvelle Avensis voit ses tarifs progresser nettement, et notamment en version diesel. La marque explique que l’équipement est plus complet. En revanche, avec des rejets de CO2 réduits à 135 g/km, celle-ci fait mieux que sa devancière et mieux aussi que ses principales concurrentes. Un bon point auprès des entreprises. Cela permet notamment à la grande berline de bénéficier d’une TVS meilleur marché. En termes d’image, Toyota, c’est avant tout une réputation de fiabilité, que la garantie 3 ans ou 100 000 kilomètres entend encore renforcer. Et l’Avensis de précédente génération était de ce point de vue une vraie Toyota. Gageons que la nouvelle venue devrait continuer à être appréciée de certains gestionnaires, qui sont nombreux à chercher des autos sachant se faire oublier !

JPEG - 38 ko

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER