Toyota Avensis, tout pour les flottes

Publié le par

Forte de trois finitions Business, de nouveaux moteurs et d’équipements pertinents, l’Avensis est mieux calibrée pour le monde de l’entreprise.

Deux moteurs Diesel d'origine BMW animent à présent l'Avensis.
Deux moteurs Diesel d'origine BMW animent à présent l'Avensis.

Objectif  : 2 300 ventes en 2016. Toyota revoit ses ambitions à la hausse sur le segment D après les substantielles améliorations apportées à l’Avensis. Afin de redonner du tonus à son modèle englué dans le ventre mou du marché (968 exemplaires en 2014), le constructeur est intervenu à plusieurs niveaux.

L’Avensis accueille tout d’abord de nouvelles mécaniques Diesel d’origine BMW. Le 1.6 l D-4D de 112 ch et le 2.0 l D-4D de 143 ch sont désormais à l’œuvre. Ils sont crédités de rejets de CO2 compris entre 108 et 124 g/km, pile dans la zone neutre du bonus/malus. La performance est honorable, sans plus. Les meilleurs éléments de la catégorie pointent aujourd’hui à moins de 100 g/km.

Nous supposions par ailleurs que le label BMW était l’assurance de bénéficier de performances routières intéressantes. Il n’en est rien avec le 1.6 l D-4D, qui manque sérieusement de panache. Manque de reprise, rapports trop longs, cette mécanique est de toute évidence taillée pour l’autoroute. Les routes escarpées de notre essai ne l’ont guère mise en valeur. Le 2.0 l D-4D est plus plaisant et s’avère en prime à peine plus gourmand en carburant.

Trois finitions pour les pros

JPEG - 32.6 ko
A défaut d’être moderne, la planche de bord est bien agencée.
Toyota a travaillé en parallèle à l’amélioration du confort. Le résultat est palpable. Le nouveau dessin des sièges ainsi que l’ajout de matériaux isolants et anti-vibrations participent au bien-être ressenti au volant. L’Avensis marque ici de précieux points.

L’autre grande préoccupation de Toyota était de bâtir une offre solide pour les entreprises. Cette clientèle a représenté seulement 17 % des ventes du modèle en 2014. Le constructeur veut mieux faire et propose pour cela trois finitions dédiées. La version d’entrée de gamme Active Pro est financièrement très alléchante. La berline est ici facturée 26 600 euros, le break 27 600 euros. Le niveau d’équipement est acceptable, seuls manquent à l’appel un GPS et les radars de recul.

Les versions supérieures bénéficient pour leur part du pack de sécurité Safety Sense incluant la lecture des panneaux de signalisation, l’alerte de franchissement de ligne blanche, la gestion automatique des feux de route et le système de sécurité pré-collision. Un autre bon point pour l’Avensis.

Technique et finance

Toyota Avensis Touring Sports 112 D-4D Dynamic Business

  • Prix TTC * : 29 500 €
  • Cylindrée : 1 598 cm3
  • Puissance Maxi : 112 ch à 4 000 tr/min
  • Couple Maxi : 270 Nm de 1 750 à 2 250 tr/min
  • Consommation (Mixte) : 4,2 l/100 km
  • Émissions de CO2 : 109 g/km
  • Classe : B
  • Couleur : Vert moyen
  • Bonus/Malus * : neutre
  • Carte grise (92) * : 340,39 €
  • TVS * : 476 €
  • Loi de roulage * : 38 mois / 100 000 km
  • Loyer financier * : 411,04 €
  • Loyer global mensuel * : 599,56 €
  • PRK.ENTREPRISE * : 0,29 €
  • Coût kilométrique supplémentaire * : 0,05 €
  • Avantages en nature Sté/an * : 1 352,74 €
  • VR estimée (Montant et %) * : 47,46 %
  • TCO Après I.S * : 710,36 €
  • TCO période Après I.S * : 26 993,68 €

* Valeurs en vigueur au 25 novembre 2015

Mots clefs associés à cet article : Toyota, Berline, Break

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER