Suzuki Swift : le nouveau départ

Publié le par

Après la Celerio, la Vitara, le Baleno, le S-Cross et l’Ignis, Suzuki lance sa nouvelle Swift. Objectif : gagner des parts de marché dans le segment B, largement dominé par la Renault Clio et la Peugeot 208.

Lancement prévu en mai 2017 pour la nouvelle Suzuki Swift.
Lancement prévu en mai 2017 pour la nouvelle Suzuki Swift.

Elle est l’incarnation de la marque Suzuki, la Swift, quatrième génération, est arrivée. La première est née en 1983. Depuis, le modèle a été vendu à 5,3 millions d’exemplaires dans le monde. Un succès qui fait de la petite citadine un incontournable pour le constructeur japonais. Cette quatrième génération est censée rebooster les ventes de la Swift, qui ne font que chuter depuis 2008 et ses 14 000 immatriculations en France. La nouvelle mouture a donc la mission de faire bondir sa part de marché sur le segment B de 1,5 % aujourd’hui à 2 %. Pour cela, le constructeur a mis les arguments sur la table avec un lifting complet.

Basée sur la même plate-forme que le Baleno, la nouvelle Swift gagne en légèreté, 120 kg de moins précisément. La citadine gagne aussi en vitesse avec un 0 à 100 km/h déroulé en 11,9 s contre 12,3 s précédemment. Deux motorisations sont aux choix (aucun diesel) : un 1.2 l Dualjet 90 ch et un 1.0 l Boosterjet 111 ch. Toutes deux peuvent être couplées avec le système hybride SHVS, qui associe un petit moteur électrique de 50 Nm au moteur essence.

Une version très compacte

Équipée du moteur 1.0 l Boosterjet Pack SHVS (Smart Hybrid Véhicle by Suzuki) 111 ch, notre Swift d’essai tient plutôt bien la route sur les voies monégasques, et ce malgré une pluie battante.

JPEG - 206.3 ko
Nouvelle poignée intégrée au montant de fenêtre.
La conduite, pas désagréable, n’est pourtant pas très marquante. Sur le design extérieur, l’opération est plutôt réussie. La Swift est plus ramassée et plus compacte que celle de la génération précédente avec 3,84 m de long (– 1 cm), 1,73 m de large (+ 4 cm) et 1,49 m de haut (– 1,5 cm), ce qui lui donne un air plus sportif. Le coffre change aussi de dimension avec 265 litres, soit un gain de 54 litres. Les poignées des portes arrière, intégrées au montant des fenêtres, contribuent aussi à cet aspect dynamique.

Si le lifting extérieur est agréable, à l’intérieur c’est une autre histoire. L’habitacle est un peu trop sobre, voire triste, comparé à la mine facétieuse de la Swift. Le tableau de bord et les matériaux donnent une sensation de mauvaise qualité. Heureusement, l’équipement vient nous faire oublier cette impression. Sièges chauffants, écran tactile de 7 pouces et air conditionné automatique sont notamment au menu pour la meilleure finition.

Sensible à la sécurité

Côté sécurité, la Swift bénéficie de l’alerte de franchissement de ligne blanche, de l’alerte de changement de trajectoire, de la gestion automatique des feux, du régulateur de vitesse adaptatif et du freinage actif d’urgence.

JPEG - 1.4 Mo
Tableau de bord tout en sobriété.
Lors de notre essai, nous avons même pu tester, bien malgré nous, ce dernier équipement : en plein Monaco, un motard venant en sens inverse et roulant sur la ligne centrale a surpris la voiture, qui a pilé, manquant de créer un carambolage alors qu’il n’y avait pas vraiment de danger… Le freinage actif d’urgence aurait donc besoin d’un peu de perfectionnement.

Les tarifs de cette nouvelle Swift sont dans la moyenne, s’échelonnant de 13 500 euros (finition Avantage) à 17 500 euros pour notre version 1.0 l Boosterjet Pack SHVS 111 ch (prix en cours d’ajustement). Le lancement de cette nouvelle Swift est prévu pour le début du mois de mai.

Mots clefs associés à cet article : Suzuki

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2017

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2017, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2017
COMMANDER