Skoda Kodiaq : outil de conquête

Publié le par

Le premier vrai SUV de la marque tchèque part à la conquête des terrains non bitumeux et de nouvelles parts de marché.

Si vous trouvez au Kodiaq un air de Tiguan, c'est normal.
Si vous trouvez au Kodiaq un air de Tiguan, c'est normal.

JPEG - 2 Mo
Le coffre peut atteindre plus de 2 000 litres sièges rabattus.
On aime bien les références aux créatures imposantes chez Skoda. Après le Yeti il y a huit ans, c’est au Kodiaq, allusion à un ours géant d’Alaska, de rejoindre la gamme de la marque « pratique » du groupe Volkswagen. Pour ne pas usurper son patronyme, le Kodiaq adopte des dimensions généreuses : 4,70 m de long, 1,88 m de large et 1,67 m de hauteur, et des lignes robustes qui donnent de la prestance à ce SUV qui n’est presque plus compact. Dimensions qui bénéficient à l’habitabilité intérieure, grande spécialité des Skoda, et au volume du coffre (270 litres à 2 005 litres une fois les sièges rabattus sur la version 7 places, 720 à 2 065 litres pour la 5 places). N’imaginez pas en revanche asseoir des adultes sur les deux sièges qui se déplient dans le coffre et font du SUV un 7 places.

Lourde bête

JPEG - 381.6 ko
La planche de bord est fonctionnelle et sobre.
Comme dans toutes les productions Volkswagen, l’habitacle est par ailleurs sobre et bien fini. Il se dote d’un système multimédia compatible avec les smartphones Android et Apple. La finition Business profite également de la caméra de recul, très utile sur un véhicule de ce gabarit, du maintien dans la file et du régulateur de vitesse adaptatif, ainsi que des phares full LED. Si l’ambiance générale ne dégage pas de charme particulier, on est en revanche séduit par les petits détails pratiques comme la lampe torche amovible dans le coffre ou bien la prise 220 volts destinée aux passagers arrière.

JPEG - 7.7 Mo
Le Kodiaq est disponible en deux ou quatre roues motrices.
Sur la route, les 150 chevaux de notre moteur TDI équipé d’une boîte DSG 7 et d’une transmission intégrale se montrent efficaces et pourraient faire oublier les 1 600 kg de l’engin. Néanmoins les virages en épingle de notre route de montagne et les freinages énergiques qu’ils imposent nous rappellent rapidement que nous ne sommes pas au volant d’une ballerine. Même chose en ville, où le Kodiaq n’est pas toujours facile à manœuvrer. Bonne surprise en revanche du côté des consommations : en essayant de pousser l’animal dans ses retranchements, nous sommes parvenus à une moyenne de consommation de 6,7 l avec un score d’éco-conduite de 42 sur 100. Bref, le Kodiaq peut se montrer frugal, si le cœur – et le porte-monnaie – vous en dit. Disponible à partir de 24 950 euros, le Kodiaq se proposera plus volontiers autour de 35 000 euros pour un équipement complet, comme ce fut le cas de notre modèle d’essai à 38 350 euros.

Mots clefs associés à cet article : Skoda, 4x4, SUV

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2017

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2017, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2017
COMMANDER