Rennes prend position pour les 90 km/h

Publié le par

Trouver la vitesse de circulation qui fait baisser les émissions de polluants atmosphériques et le bruit tout en assurant fluidité et sécurité routière n’est pas chose facile. Rennes en a fait l’expérience : après un an d’expérimentations, la capitale bretonne passe les 31 kilomètres de sa rocade à 90 km/h.

Rennes affiche désormais une limitation à 90 km/h pour sa rocade.
Rennes affiche désormais une limitation à 90 km/h pour sa rocade.

Il y a un an, la préfecture d’Ille-et-Vilaine faisait une expérience : abaisser, sur deux portions de la rocade qui permet de contourner Rennes, la vitesse de 90 à 70 km/h et de 110 à 90 km/h. Deux expérimentations accompagnées d’intenses campagnes de mesure de la qualité de l’air, du bruit, de la congestion du trafic et de la sécurité routière dans le cadre du plan de protection de l’atmosphère (PPA). Un an plus tard, les résultats sont contrastés. À noter par ailleurs qu’une variation de trois décibels de plus équivaut au doublement de l’intensité sonore.

Avec un décibel en moins, la perception par l’oreille humaine peut toutefois ne pas être immédiate. Et pour cause : les données présentées dans ce genre d’étude sont des données moyennes ou qui rendent compte à l’inverse d’un niveau sonore à un moment donné, ne reflétant pas forcément le ressenti ou la réalité à des moments critiques.

La portion de la rocade passée de 90 à 70 km/h n’a pas vu baisser les émissions de dioxyde d’azote (NO2). Au contraire, les capteurs d’Airbreizh ont enregistré une « légère dégradation ». À l’inverse, la concentration de dioxyde d’azote a été réduite de 22 à 63 % selon les plages de circulation sur la portion passée de 110 à 90 km/h. Une évolution des niveaux de bruit perceptibles par l’oreille humaine n’a pas été mise en évidence et, du côté des accidents, la tendance est plutôt à la stabilité. Les bouchons, en revanche, ont eu leur heure de gloire et surtout de mécontentements. Ainsi, l’intégralité des 31 kilomètres de la rocade sont désormais limités à 90 km/h.

- Source : Le Journal de l’environnement.

Et à Paris
Lors de la deuxième édition des « Journées sans voiture » à Paris, le 25 septembre dernier, une baisse moyenne de 20 à 35 % de dioxyde d’azote a été observée sur les stations d’Airparif situées dans le périmètre concerné, par rapport à un dimanche comparable (le 11 septembre 2016, sans restrictions de trafic mais avec une météorologie similaire).

Mots clefs associés à cet article : NOx, Pollution

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER