Renault et l’hybride : en VUL c’est fait et en VP, c’est en cours !

Publié le par

Renault et l'hybride : en VUL c'est fait et en VP, c'est en cours !

Après avoir investi 4 milliards d’euros dans l’électrique et clamé haut et fort qu’il s’agissait là de l’avenir de l’Automobile avec un grand A, et que l’on allait voir ce que l’on allait voir d’ici à 2016, voilà-t-y pas que Carlos Ghosn (visionnaire, s’il en est… Nous, on le savait !) revoit ses prévisions et repousse l’échéance à 2020. D’ici là, il faut se précipiter sur l’hybride. Et non seulement Renault n’assume pas ou mal cette erreur stratégique, mais en plus le constructeur a reçu une aide de l’État (20,5 millions d’euros) avec la bénédiction de la Commission européenne, aide attribuée par la France à Renault pour le projet de R&D “Hydivu” portant sur le développement d’une technologie hybride Diesel (beurk !) pour véhicules utilitaires de type fourgon ; soit les Trafic et les Master dont 4 Master III hybrides qui viennent tout juste d’être immatriculés par le constructeur auprès d’entreprises.
- Au total, Renault recevra 20,5 millions d’euros d’aides de l’État, dont 3,8 millions d’euros de subventions, 3,4 millions d’euros d’avances récupérables pour la recherche industrielle et 13,1 millions d’euros d’avances récupérables pour le développement expérimental. Pour mener à bien le projet, Renault travaillera avec trois autres entreprises (Continental, Valeo et LMS International) et un organisme de recherche (IFPEN).
- Du côté des voitures particulières, Renault proposerait, dès le Salon de Genève (mars 2014), une Twingo hybride essence et songerait à doter sa Zoe d’un prolongateur d’autonomie (range extender). Mais chut, c’est secret !

Mots clefs associés à cet article : Renault

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER