Renault Kadjar, l’aventurier tout confort

Publié le par

La marque au losange tire un trait sur l’épisode Koleos avec le Kadjar, un produit plus cohérent et plus abouti. Le crossover est à l’aise sur bitume comme sur terre et se révèle confortable en toutes circonstances.

Le Kadjar brille par son confort et montre d’excellentes dispositions de baroudeur.
Le Kadjar brille par son confort et montre d’excellentes dispositions de baroudeur.

Après avoir traité la question avec légèreté en maquillant un produit exotique émanant de sa filiale sud-coréenne Samsung Motors, Renault prend aujourd’hui la pleine mesure de l’importance du marché des crossover. L’explosion de la demande mondiale pour ce type de véhicules – 18 millions d’unités en 2014 – a ouvert l’appétit de la marque au losange, qui étoffe sa gamme en conséquence avec des produits mieux calibrés.

JPEG - 422.4 ko
Le Kadjar est basé sur la même plate-forme que le Nissan Qashqai mais affiche des lignes bien distinctes.
Elle couvre désormais les principaux segments du marché avec le Captur, l’Espace et le Kadjar, sa nouvelle offre. Ce dernier se positionne dans l’univers des crossover du segment C, dont les représentants les plus prisés en France sont le Peugeot 3008, le Volkswagen Tiguan et le Nissan Qashqai.

L’arrivée du Kadjar coïncide avec le retrait du catalogue du Koleos, une proposition qui ne fera pas date dans l’histoire de Renault. Le nouveau venu colle bien mieux à l’identité de la marque ainsi qu’aux attentes du marché. S’il partage 60 % de ses pièces avec le Qashqai, le Kadjar s’est forgé un look qui lui est propre.

Les responsables de Renault assurent d’ailleurs que 95 % des pièces visibles sont spécifiques. Au final, le Kadjar ressemble effectivement plus à un Captur bodybuildé qu’à son cousin de chez Nissan. Et cela lui va plutôt bien.

Un coffre généreux

À bord, l’ambiance est sérieuse. Le noir est la couleur dominante. La planche de bord est sans fioritures, ce qui nous convient parfaitement. Renault intègre la plupart des fonctionnalités (navigation, Bluetooth, radio, applications, gestion des aides à la conduite…) dans son système R-Link 2, lequel se commande par le biais d’une tablette tactile de 7 pouces.

JPEG - 453.1 ko
La planche de bord est épurée et plutôt bien agencée.
Le conducteur peut quant à lui modifier la présentation des instruments digitaux de conduite en fonction de ses envies (compteur sport, éco, classique…). L’habitacle est donc globalement bien pensé et plutôt agréable. Le seul reproche que l’on peut formuler à l’encontre du Kadjar est la qualité de ses plastiques, bien trop durs dans l’ensemble et parfois peu agréables au toucher. Quelques détails de finition mériteraient également un plus grand soin.

Le Kadjar tire aussi son épingle du jeu en matière d’habitabilité. Son volume de coffre pointe à 527 litres, contre 430 litres par exemple pour le Qashqai. Cette différence tient au fait que le Kadjar est plus long de 7 centimètres (4,45 m). Les passagers arrière ont pour leur part un espace aux jambes suffisant pour se sentir à leur aise.

Signalons en outre que le crossover de Renault mise sur la modularité avec un plancher de coffre réglable en hauteur, une banquette rabattable en 1/3-2/3 et un siège passager avant pouvant être positionné en tablette.

Une finition Business complète

JPEG - 796.4 ko
Le coffre de 527 litres est l’un des plus vastes de la catégorie.
Les crossover, nous l’avons déjà évoqué, ont la cote dans la plupart des pays. La France n’échappe pas au phénomène. En 2014, plus de 200 000 modèles du segment C y ont trouvé preneur, dont une part non négligeable en entreprises (19,29 %). Renault compte bien exploiter ce dernier filon avec sa finition Business associée à ses différentes offres diesel.

Cette finition dispose de tous les équipements appréciés des collaborateurs : aides au parking avant et arrière, navigation, alerte de franchissement de ligne, capteurs de pluie et de luminosité, climatisation bizone, reconnaissance des panneaux de signalisation, rétroviseurs rabattables électriquement, régulateur/limiteur de vitesse, feux antibrouillard, Bluetooth… Les seules options proposées sont le freinage actif d’urgence, le détecteur d’angle mort, l’aide au parking latérale et la roue de secours galette.

Les moteurs accompagnant cette finition sont le 1.5 l Energy dCi 110 associé à une boîte manuelle (99 g/km - 28 400 euros) ou à double embrayage à six rapports (99 g/km - 29 900 euros), et le 1.6 l Energy 130 en boîte manuelle. Celui-ci est proposé en traction avant (113 g/km - 30 800 euros) ou en quatre roues motrices (126 g/km - 31 700 euros).

Une boîte auto arrivera sur ce moteur en 2016. Précisons que le système de motricité renforcée Extended Grip proposé en option (250 euros) sur les versions deux roues motrices ne figure pas au catalogue Business.

L’âme d’un baroudeur

JPEG - 395.4 ko
Le système R-Link2 est à l’œuvre avec son écran tactile de 7 pouces.
Lors de ses essais, Renault a fait le choix de mettre en avant les moteurs Energy TCe 130 et 1.6 l Energy dCi 130 4WD. Le premier s’avère bien trop timide pour un véhicule de ce gabarit (manque de couple et de reprise) et bien trop gourmand en carburant (plus de 7,5 l/100 km). Renault envisage d’ailleurs de renforcer son offre avec un bloc essence de 160 ch en 2016.

Le moteur Diesel mis à notre disposition s’est en revanche montré à son avantage. Il est coupleux (320 Nm), silencieux et relativement sobre (environ 6 l/100 km). Nous avons notamment pu le tester en conditions offroad. À cette occasion, le Kadjar a brillé par son confort et montré d’excellentes dispositions de baroudeur.

La transmission intégrale piochée dans la banque d’organes de l’alliance Renault-Nissan autorise de belles escapades. Le conducteur peut intervenir sur ses réglages via un bouton rotatif donnant accès à trois modes : lock, Auto et 2WD. Le premier verrouille électroniquement la transmission en quatre roues motrices et transfère 50 % du couple sur le train arrière. Ce mode est actif jusqu’à 40 km/h. Le deuxième répartit le couple entre les trains avant et arrière automatiquement en fonction des conditions d’adhérence. Et, comme son nom l’indique, le dernier mode maintient le véhicule en deux roues motrices.

Mais la réalité du marché est ainsi faite, la clientèle sera majoritairement urbaine et n’exploitera pas tout le potentiel du Kadjar.

Technique et finance

Renault Kadjar Energy dCi 130 4WD Business

  • Prix TTC * : 31 700 €
  • Cylindrée : 1 598 cm3
  • Puissance Maxi : 130 ch à 4 000 tr/min
  • Couple Maxi : 320 Nm à 1 750 tr/min
  • Consommation (Mixte) : 4,8 l/100 km
  • Émissions de CO2 : 126 g/km
  • Bonus/Malus * : neutre
  • Carte grise (92) * : 395,46 €
  • TVS * : 733 €
  • Loi de roulage * : 38 mois / 100 000 km
  • Loyer financier * : 440,87 €
  • Loyer global mensuel * : 657,04 €
  • PRK.ENTREPRISE * : 0,33 €
  • Coût kilométrique supplémentaire * : 0,05 €
  • Avantages en nature Sté/an * : 1 570,29 €
  • VR estimée (Montant et %) * : 53,04 %
  • TCO Après I.S * : 827,74 €
  • TCO période Après I.S * : 31 454,12 €

* Valeurs en vigueur au 21 juillet 2015

Mots clefs associés à cet article : Renault, Crossover

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER