Quatre fois moins de PV dans les entreprises depuis la désignation du conducteur

Publié le par

Selon le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, le nombre de PV est quatre à cinq fois moins élevé dans les entreprises depuis l’obligation de la désignation du conducteur.

Avant le 1er janvier 2017, deux millions de points n'étaient pas retirés chaque année aux conducteurs de véhicules de société.
Avant le 1er janvier 2017, deux millions de points n'étaient pas retirés chaque année aux conducteurs de véhicules de société.

Depuis le 1er janvier 2017, les entreprises sont dans l’obligation de désigner l’identité du collaborateur auteur d’une infraction au volant d’un véhicule de société. Cette mesure a déjà des conséquences tangibles selon le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, qui s’en est ouvert à nos confrères du Parisien. « Tous les DRH que nous avons rencontrés disent que la loi a produit ses effets car elle a permis de réduire de quatre à cinq fois le nombre de PV gérés par leur société », indique le délégué.

50 % des entreprises ne jouent pas le jeu

« Avant que cette loi ne soit adoptée, deux millions de points n’étaient pas retirés chaque année parce que les entreprises refusaient de dénoncer les salariés », précise l’article du quotidien. Selon un sondage MMA datant de mai 2017 et diffusé par le Parisien, 50 % des patrons ne joueraient pas le jeu et ne désigneraient pas l’auteur de l’infraction « de peur que les chauffeurs finissent par perdre tous leurs points et ne puissent plus travailler ». Ces entreprises s’exposent alors à une amende allant de 450 à 1 875 euros en cas de majoration.

Mots clefs associés à cet article : Permis, Sécurité routière, Gestion des amendes, Radar

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2017

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2017, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2017
COMMANDER