Quand les eurodéputés délivrent un permis provisoire de polluer !

Publié le par

Les affaires Volkswagen, Renault et les scandaleux dépassements des seuils d’émission en conditions réelles de roulement (facteurs 4, 5 et 11 pour les pires) n’auront finalement pas suffi à convaincre les députés européens de limiter encore plus les niveaux d’émissions d’oxydes d’azote (NOx) produits par les véhicules diesel. Mais attention, l’année prochaine le couvert sera remis avec cette fois les particules dans le viseur.

Qui disait déjà que l'Europe était un grand bazar ?
Qui disait déjà que l'Europe était un grand bazar ?

À la suite du « Dieselgate » les États membres de l’Union européenne ont fini par adopter les nouvelles règles (votées en octobre 2015) régissant les conditions d’émission en conditions de conduite réelles (procédure RDE - real driving emissions) qui n’étaient jusqu’alors pas prises en compte, rappelons-le.
Ces mesures entreront en vigueur en septembre 2017 et prévoient, en conditions de conduite réelles, une marge de tolérance de 110 % pour ce qui est des NOx par rapport au plafond d’Euro 6c ; soit 168 mg/km contre 80 mg/km (facteur 2,1). Pour information, les tests réalisés actuellement montrent des dépassements d’un facteur 4 à 5, voire 11, après les tests effectués en France sur déjà la moitié des 100 véhicules à contrôler… Et ce n’est qu’à compter de janvier 2020 que ce seuil de 168 mg/km sera baissé de 50 % pour atteindre les 120 mg/km.

Un trop lent processus

Même si désormais l’on prendra en compte dans le processus d’homologation des véhicules les résultats des mesures réalisées en conditions réelles (pour éviter les tricheries du type de celle du groupe Volkswagen), les ONG, Écologistes et citoyens affichent leur déception puisqu’ils réclamaient que ces coefficients soient ramenés à 1,2, voire 1 au maximum. Ils reprochent ainsi aux députés européens d’avoir cédé aux lobbies des constructeurs. Ces mêmes députés européens déclarent, eux, n’avoir pas cédé aux lobbies des Écologistes. À lobby, lobby et demi donc !

JPEG - 699.4 ko

Bref, le « Dieselgate » aura au moins eu pour effet d’intégrer désormais les fameux tests RDE aux émissions de NOx, tests que la Commission européenne compte bien étendre par la suite aux particules ainsi qu’aux émissions de NO2 (dioxyde d’azote).
Mais le plus étonnant dans cette affaire, c’est que ce qui est possible aux États-Unis (normes beaucoup plus strictes, respectées par la majorité des constructeurs) est déclaré, par les mêmes, impossible à réaliser dans le même laps de temps de ce côté-ci de l’Atlantique. Nous prendrait-on pour des gogos ? Rappelons cependant qu’une enquête interne aux instances européennes devrait faire toute la lumière sur les diverses interventions des lobbies auprès des députés pour éclaircir les responsabilités de chacun. Mais il y a pire encore, ce sont les quantités impressionnantes de décès toujours dus à la pollution et principalement au diesel. Et cela, rien ne peut et ne pourra jamais le justifier !

Mots clefs associés à cet article : Diesel, Particules, NOx, Pollution, Normes Euro, Organismes

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER