Pollution : Paris, Londres et Séoul proposent un nouvel outil de notation des véhicules

Publié le par

Les résultats de ce nouveau système de notation des véhicules, basé sur les émissions réelles de particules polluantes, seront mis à disposition de tous sur Internet.

Le système de mesure des émissions polluantes PEMS fonctionne dans des conditions de conduite réelles.
Le système de mesure des émissions polluantes PEMS fonctionne dans des conditions de conduite réelles.

Anne Hidalgo, la maire de Paris et présidente du C40 (réseau mondial de grandes villes qui a pour but de lutter contre le réchauffement climatique), Sadiq Khan, le maire de Londres, et Won-soon Park, celui de Séoul, ont annoncé mardi 28 mars le lancement d’un système de notation des véhicules. Fondé sur les émissions en conditions réelles, il permettra aux citoyens de connaître l’impact environnemental exact de leur véhicule.

Cette annonce est partie d’un constat : les tests officiels européens (NEDC) réalisés en laboratoire fournissent des résultats trop éloignés de la réalité, les émissions réelles pouvant être jusqu’à quinze fois plus importantes que celles mesurées en laboratoire. « Cela fait trop longtemps que certains constructeurs automobiles profitent d’une réglementation floue et que les consommateurs sont dans l’impossibilité de connaître l’impact sanitaire réel causé par leur véhicule » précise Anne Hidalgo, faisant bien sûr référence aux récentes affaires qui ont touché Volkswagen, Renault ou encore Fiat.

Des tests en condition réelles

Cette nouvelle notation sera mise au point en collaboration avec Emissions Analytics, qui lance un système de mesure des émissions embarqué sur véhicule.

JPEG - 763.5 ko
Le système de mesure d’émissions polluantes est attaché à l’arrière du véhicule.
Contrairement à la certification de l’UE, qui ne se base que sur les émissions de CO2, il mesure la consommation de carburant, les émissions réelles de NO2, les émissions de monoxyde de carbone toxique et celles de dioxyde de carbone. Le test, d’une durée de trois heures et demie, est réalisé en zone urbaine, rurale, sur autoroute, à différentes vitesses, dans différents modes de conduite (éco, sport), avec et sans chargement et prend d’autres paramètres en compte comme la climatisation, le style de conduite et les embouteillages. Les résultats pourront être consultés par les citoyens de façon transparente sur des sites internet dédiés.

Les constructeurs soutiennent l’initiative

Les constructeurs automobiles ont plutôt bien réagi à cette annonce. Ils avaient d’ailleurs été conviés à la réunion avec les maires de Paris, Londres et Séoul. Dans un communiqué, le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) a déclaré soutenir cette expérimentation, rappelant tout de même que l’automobile n’était pas l’unique source d’émission de polluants dans l’air.

Paris et Londres prévoient de mettre en ligne les résultats de ces nouveaux tests à la fin de l’année 2017. D’autres villes du C40, comme Madrid, Mexico, Milan, Oslo et Tokyo, se sont aussi jointes au projet.

Mots clefs associés à cet article : CO2, Pollution, Environnement

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2017

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2017, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2017
COMMANDER