Olivier Monot (Alphabet) : « Nous voulons continuer à croître en surperformant le marché »

Publié le par

Retour sur les principaux sujets de l’année du marché de la LLD avec Olivier Monot, P-DG d’Alphabet France.

Olivier Monot, P-DG d'Alphabet France.
Olivier Monot, P-DG d'Alphabet France.

L’Automobile & l’Entreprise : Quel est votre bilan de l’activité d’Alphabet en 2016 ?
Olivier Monot :
Depuis notre rachat d’ING Lease il y a 5 ans, notre histoire s’est accélérée et Alphabet a doublé de taille. Nous avons surperformé le marché tous les ans. L’année dernière notre parc roulant a augmenté de 7% et nos mises à la route de 9%. La seconde bonne nouvelle c’est que la croissance du marché s’accélère et qu’elle est portée notamment par une demande croissante des PME. Ce sont des nouveaux clients qui prennent plus de services et des véhicules différents. C’est une opportunité de croissance que nous ciblons.

A&E : Le marché des flottes a connu un repli en février, comment l’expliquez-vous ?
OM :
Je ne peux pas vous répondre sur cette question car Alphabet a fait un très beau mois de février et un mois de mars record qui fait partie du TOP 3 de nos meilleurs mois en terme de prises de commandes, avec près de 3500 commandes enregistrées.

"Alphabet a fait un très beau mois de février et un mois de mars record"

A&E : Quelle est votre analyse des mouvements qui interviennent sur le marché des flottes, à savoir la concentration des acteurs et l’arrivée de nouveaux challengers ?
OM :
Concernant la concentration des loueurs, je pense que c’est fini. Les deux phénomènes me paraissent plutôt sains dans la mesure où cela montre que c’est un marché porteur et qui a de l’avenir.

A&E : Alphabet se positionne depuis quelques mois sur la télématique, quelle est votre vision de ce marché ?
OM :
Cette offre part du constat que de plus en plus de voitures produisent de la donnée. Ces informations sur la santé mécanique ou le style de conduite par exemple sont un bon moyen pour aider nos clients à mieux utiliser leur véhicule, ce qui reste notre cœur de métier. Nous avons choisi de travailler en partenariat avec Ocean car c’est un acteur reconnu par les constructeurs. Il n’y a donc pas de risque de mise en péril de la garantie constructeur des véhicules en installant des boitiers que nous aurions développés. Cela permet également d’obtenir un coût acceptable pour nos clients.

A&E : Sur quels autres produits et services travaillez-vous ?
OM :
Nous avons divers développement en cours, notamment un produit de Sales and leaseback qui proposera une approche modélisée du rachat de parc.

"Le développement de la mobilité électrique est quelque chose qui me tient à cœur"

A&E : Alphabet possède une offre flotte électrique, pouvez-vous nous en parler ?
OM :
Le développement de la mobilité électrique est quelque chose qui me tient à cœur et nous nous positionnons comme le loueur multimarque leader sur ce type de véhicule. Je vais vous donner quelques chiffres : en 2014, 30 % des voitures électriques mises à la route par des loueurs l’étaient par Alphabet, en 2015, 40 %, en 2016, 56 %. Pourquoi cette progression ? Nous avons été précurseurs et nous sommes les premiers à avoir été capable de déterminer des valeurs résiduelles qui ne sont pas celles des constructeurs. Nous avons su brainstormer sur nos premiers échecs pour lever les points de blocage. C’est de cette manière que nous avons élaboré l’offre AlphaElectric. Nous réalisons un audit complet du parc de nos clients qui en font la demande en utilisant des boitiers télématiques et nous leur fournissons un rapport qui leur permet de déterminer la part de leur flotte qui peut être électrifiée. Nous apportons également une expertise sur les infrastructures de charge. Cela nous permet de revendiquer une bonne adhésion de nos clients à l’électrique.

A&E : Vous proposez également une offre d’autopartage
OM :
Nous pensons aujourd’hui que l’autopartage est une solution d’avenir. Néanmoins nous observons un frein sur ce marché : les coûts importants à la mise en place alors que nous sommes dans une période où la plupart des clients cherchent à faire des économies tout de suite. Malgré tout nous sommes en train de travailler à développer notre offre, notamment pour proposer différents constructeurs sur ce produit qui n’est pour le moment pas multimarque.

"On observe une tendance de nos clients à louer sur un terme plus court pour pouvoir changer de véhicule lorsque la fiscalité aura changée"

A&E : Un des gros enjeux actuel pour les loueurs est l’anticipation de l’évolution du mix des ventes essences / diesel, comment Alphabet s’organise-t-il à ce niveau ?
OM :
On observe effectivement sur le marché grand public que la part de marché du diesel diminue au profit de l’essence. Sur le marché des flottes en revanche la grosse majorité des mises à la route continue de se faire en diesel. Pour le moment, nous travaillons surtout sur le rééquilibrage des valeurs résiduelles, avec en vue, les évolutions fiscales en faveur de l’essence prévues pour les années à venir. On observe d’ailleurs une tendance de nos clients à louer sur un terme plus court pour pouvoir changer de véhicule lorsque la fiscalité aura changée.

A&E : Pour conclure, quelques mots sur vos ambitions en 2017 ?
OM :
Nous voulons continuer à croître en surperformant le marché. Cette croissance doit être équilibrée avec une mise en avant des TPE et PME. Nous souhaitons également continuer à être innovants, mais que cette innovation réponde à un besoin client bien réel, et que cela apporte une valeur ajoutée à nos clients. Pour conclure, j’aimerai que la satisfaction client reste notre principal objectif. Ce n’est pas un vain mot : c’est un des quatre critères d’intéressement de nos collaborateurs, et nous sommes contrôlés de manière régulière par un organisme externe. L’année dernière, cette satisfaction a progressé de 4 points.

Mots clefs associés à cet article : Alphabet, Marché Flottes

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2017

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2017, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2017
COMMANDER