Olivier Bonnet (Citroën) : « Nous tablons sur 54 000 livraisons de VP en entreprises en 2017 »

Publié le par

Olivier Bonnet, directeur de Citroën et DS Business France.
Olivier Bonnet, directeur de Citroën et DS Business France.

L’Automobile & L’Entreprise : Quel bilan tirez-vous de l’année écoulée pour Citroën sur le marché des entreprises ?
Olivier Bonnet :
Nos ventes ont été stables en ce qui concerne les véhicules particuliers par rapport à 2015, à environ 49 000 unités. Nous avons perdu des parts de marché dans la mesure où les ventes totales aux entreprises ont progressé de près de 9 %. Cette situation était programmée, nous avions prévu que 2016 soit une année de transition avec les arrivées tardives de la nouvelle C3 et du duo C4 Picasso/Grand C4 Picasso remis au goût du jour. Nous avons néanmoins constaté un réel effet C3 après le Mondial de l’automobile. Concernant les véhicules utilitaires légers, les résultats ont été au rendez-vous avec plus de 60 000 livraisons, un total en hausse de plus de 7,5 % par rapport à 2015. Nous avons connu un excellent second semestre grâce au nouveau Jumper, un modèle qui suscite un réel engouement.

A&E : Quid de DS ?
OB :
L’année a été bonne puisque nous avons maintenu notre part de marché auprès des entreprises, à savoir 1,1 %. Nous avons livré 5 414 véhicules contre 5 261 en 2015. Le modèle le plus en vue a été la DS4 avec plus de 1 900 immatriculations. Ses ventes sont reparties de l’avant à la suite de son restylage. Elle se démarque désormais plus nettement de la C4, surtout en version Crossback. La DS3 a quant à elle affiché une belle durabilité. Ce fut en revanche plus compliqué pour la DS5, surtout pour la déclinaison hybride qui a pâti des changements fiscaux.

A&E : DS donne malgré tout l’impression d’une marque à la recherche d’un second souffle…
OB :
Avec DS, nous construisons une marque premium. C’est une démarche qui va peut-être nous prendre vingt ou trente ans. Nous préparons actuellement une nouvelle gamme qui sera mondiale, pas seulement européenne. Le premier modèle à voir le jour sera le DS7 Crossback, qui vient tout juste d’être présenté à la presse. C’est un produit extraordinaire. Nous allons ensuite commercialiser un nouveau véhicule chaque année. L’arrivée de cette nouvelle gamme coïncide avec l’émergence d’un réseau de distribution spécifique à DS. Les premiers DS Store et DS Salon sortent actuellement de terre. Nous allons passer de 25 points de vente actuellement à environ 140 en fin d’année. Ce réseau sera au meilleur niveau en termes d’accueil et de prestations. Nous formons en parallèle nos vendeurs au sein de la DS Academy afin qu’ils soient les ambassadeurs de la marque.

« Récupérer la deuxième place sur le marché des utilitaires »

A&E : Quelles sont vos ambitions pour 2017 ?
OB :
L’une des ambitions de Citroën est de récupérer la deuxième place sur le marché des utilitaires, qui était encore la sienne en 2014. Nous visons pour cela un total de 68 000 immatriculations en entreprises, un total en hausse de 13 % par rapport à 2016. Nous comptons beaucoup sur le nouveau Jumpy, qui va connaître sa première année pleine de commercialisation. L’arrivée d’une version cabine approfondie et d’une déclinaison ambulance va nous permettre de réaliser environ 15 000 livraisons en 2017. La nouvelle C3 société va elle aussi contribuer à notre remontée. Nous prévoyons 13 500 immatriculations en année pleine. Ses forces sont sa valeur résiduelle, la plus haute du marché, son loyer compétitif et son coût de fabrication moindre par rapport à celui de la génération précédente. Le gain de l’appel d’offres de la Poste pour la période 2017 et 2018, qui représente plus 1 000 voitures par an, est un bon présage. Enfin, nous visons un triplement des ventes du Berlingo électrique.

A&E : Et concernant les véhicules particuliers ?
OB :
Nous tablons sur 54 000 livraisons aux entreprises, soit 10 % de plus qu’en 2016. Là aussi, nous comptons sur la nouvelle C3 avec un prévisionnel de 21 000 immatriculations. Nous sommes actuellement sur une tendance de 1 500 commandes par mois. Ce modèle connaît un grand succès dans les TPE et PME, il décolle également sur les grands comptes. Citroën entend ensuite défendre son leadership sur le marché des monospaces avec les C4 Picasso et Grand C4 Picasso. Notre réseau est évidemment mobilisé pour atteindre ces objectifs, notamment nos 85 points de vente certifiés Business Center.

A&E : La tendance est aux SUV, or Citroën apparaît assez démuni en la matière…
OB :
Nous avons un SUV au catalogue, le C4 Aircross, mais nous le vendons peu. Nous sommes dépendants du taux de change avec le Japon, pays où il est produit. De ce fait, nous n’arrivons pas à être suffisamment compétitifs face à nos principaux concurrents. Mais ce n’est que temporaire. Nous avons des projets en cours. Le C-Aircross Concept, qui sera exposé à Genève, est un premier aperçu de ce que nous proposerons. Et puis je peux d’ores et déjà vous annoncer qu’un événement se prépare pour le milieu d’année.

Mots clefs associés à cet article : Citroen, DS

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2017

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2017, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2017
COMMANDER