Nouvelle Skoda Superb, encore plus statutaire

Publié le par

JPEG - 16.4 ko
La troisième génération de la Skoda Superb bouscule la hiérarchie au sein du groupe Volkswagen. Son style séduisant, son niveau d’équipement, son contenu technologique, son habitabilité record et ses motorisations performantes en font une concurrente directe de la nouvelle Passat, et pourquoi pas de la future Audi A4 prévue pour la fin de l’année. Ses créateurs l’affirment haut et fort : « Cette voiture va attirer de nouveaux clients particuliers et professionnels vers la marque. Il s’agit de la Skoda la plus aboutie de tous les temps. »

En matière de design, la nouvelle Superb n’a rien à envier à ses rivales, qu’elles soient de la maison VW ou d’ailleurs. Elle s’inspire dans les grandes lignes du concept VisionC, qui avait fait son petit effet lors du Salon de Genève 2014. Hormis le dessin des phares et des pare-chocs avant et arrière, l’idée de l’auteur est globalement respectée. Que ce soit de face, de profil ou de l’arrière, cette Superb ne manque pas de charme.

Par rapport à la génération actuelle, la berline gagne en empattement (+ 80 mm) et perd au niveau du porte-à-faux avant (– 61 mm). La nouvelle Superb est ainsi en mesure d’offrir encore plus d’habitabilité que sa devancière, déjà en pointe sur le sujet. Skoda annonce un espace aux jambes de 157 mm aux places arrière, là où la plupart des modèles présents sur le marché échouent à moins de 100 mm. Le constructeur promet également plus de largeur au niveau des épaules et une meilleure garde au toit. Quant au volume de coffre, il gagne 30 litres pour atteindre 625 litres.

À partir de 95 g/km de CO2

JPEG - 15.5 ko
Sous le capot, la nouvelle Superb ne démérite pas, bien au contraire. En déclinaison TDI 120 GreenLine, elle est annoncée à 3,7 l/100 km et 95 g/km de CO2. Cette sobriété est le fruit d’un allègement allant jusqu’à 75 kg, d’une amélioration de l’aérodynamique et de la monte de série d’un Stop & Start. Bien entendu, toutes les mécaniques, qu’elles soient essence ou Diesel, répondent à la norme Euro 6. Cinq blocs essence sont au programme (de 125 à 280 ch) et trois diesels (125, 150 et 190 ch). À l’exception de la version essence d’entrée de gamme, tous les moteurs peuvent être associés à une boîte DSG. Une transmission intégrale est également au programme.

JPEG - 29.9 ko
Au niveau équipement, Skoda sort le grand jeu. Citons la climatisation trizone, les sièges chauffants à l’avant et à l’arrière, la caméra de recul, le frein à main électrique, le hayon électrique, le système DCC (contrôle adaptatif du châssis avec sélection du mode de conduite), le système d’infodivertissement dernier cri, le régulateur de vitesse adaptatif, le freinage d’urgence en ville, le détecteur d’angle mort… La liste des équipements est importante. La Superb veut clairement jouer dans la cour des grands.

Enfin, comme toute Skoda qui se respecte, elle bénéficie de quelques détails astucieux comme deux range-parapluies dans les portes avant, un porte-tablette à l’arrière, une pochette de rangement de tablette à l’avant ou encore un port USB et une prise 230 V à l’arrière. Autre aspect pratique, les sièges arrière sont rabattables depuis le coffre, et le siège passager avant peut également se rabattre.

Mots clefs associés à cet article : Skoda, Volkswagen, Berline

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER