Nissan Micra, le new deal

Publié le par

Sur la nouvelle Micra, le nom reste mais tout change ! Plus grande et sexy, elle gagne également des technologies dernier cri. De quoi en faire une alternative crédible face aux références tricolores…

La Nissan Micra est annoncée à 89 g/km de CO2 avec le 1.5 l dCi de 89 ch.
La Nissan Micra est annoncée à 89 g/km de CO2 avec le 1.5 l dCi de 89 ch.

La Micra était originale, mais elle avait perdu son âme avec la dernière génération, aux ambitions mondiales. Avec cette cinquième et ultime proposition, créée en Europe, pour l’Europe (et assemblée à Flins !), Nissan est parti d’une feuille blanche. Le style s’émancipe enfin, avec un avant frondeur, des flancs travaillés avec une custode donnant un effet « toit flottant », et une poupe qui s’est « Jukisée ».

Cette Micra joue même la carte de la personnalisation en offrant, façon Mini, plus de cent combinaisons possibles. Bâtie sur la plate-forme du monospace urbain Note, la Micra gagne de précieux centimètres en longueur (3,99 m) et en largeur, lui permettant de tutoyer en habitabilité les reines de la catégorie. L’espace à l’avant est royal, mais en raison d’un pavillon fuyant les places arrière souffrent d’une garde au toit limitée, du moins si l’on mesure plus de 1,80 m.

Plus beau, plus techno

JPEG - 441.2 ko
La Nissan Micra peut bénéficier d’un écran tactile de 7 pouces.
À bord, si la présentation et l’ergonomie séduisent, la Micra étonne aussi par son électronique embarquée. Cela se ressent sur les prix, en hausse, mais la puce propose en contrepartie des systèmes inédits pour la catégorie, comme le freinage d’urgence intelligent avec reconnaissance des piétons (AEB), la correction active en cas de franchissement de ligne continue, la vision par caméra à 360° ou encore une Hi-Fi Bose à son 3D.

Sans atteindre le dynamisme d’une 208, ou le compromis confort-tenue de route d’une Clio, la japonaise n’a pas à rougir de ses prestations routières. Au service du châssis œuvre un trois-cylindres essence décliné en deux versions : 1.0 l atmosphérique de 72 ch, à réserver surtout pour la ville, et 900 cm3 avec turbo, plus à l’aise avec ses 89 ch.

Mais la version la plus polyvalente reste la diesel, une 1.5 l dCi de 89 ch également, volontaire dès les plus bas régimes. C’est ce bloc sobre à l’usage (3,2 l/100 km en cycle mixte – 85 g/km de CO2) qui fera le bonheur des flottes, et ce d’autant plus qu’une finition business sera disponible dès le printemps.

Mots clefs associés à cet article : Nissan

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2017

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2017, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2017
COMMANDER