Mobilité durable : des intentions certes, mais peu d’effets !

Publié le par

Fondé en septembre 2013, le Club de la mobilité durable avait lancé un premier baromètre qu’il convenait de mettre à jour pour en voir les évolutions. Ce qui vient d’être fait dans le cadre de la Semaine de la mobilité durable.

Mobilité, considérée comme indispensable, mais peu probante dans les faits…
Mobilité, considérée comme indispensable, mais peu probante dans les faits…

Le Club de la mobilité durable (lancé par Athlon Car Lease) a révélé les résultats de son deuxième Baromètre de la mobilité durable en entreprise à l’occasion de la Semaine européenne justement consacrée à la mobilité. Lancé en septembre 2013, le Club a bien l’intention de faire bouger les mentalités en matière de transport et, plus largement, de mobilité en appelant tous ceux qui sont impliqués sur ces questions de mobilité (entreprises, organismes publics ou privés, personnes physiques) à partager des points de vue, à échanger des bonnes pratiques, à mieux anticiper les comportements des usagers de demain en matière de mobilité physique et virtuelle, à étudier les complémentarités des outils disponibles et à en imaginer de nouveaux.

Pour ce faire, 503 dirigeants et/ou chefs d’entreprise et gestionnaires de flotte ont été consultés ainsi qu’un échantillon de 1 036 salariés déclarés représentatifs des entreprises de 50 salariés et plus. En 2013, la première édition du Baromètre de la mobilité durable en entreprise avait montré que les mentalités bougeaient. Plus d’un dirigeant sur deux (53 %) se déclarait favorable à la mise en place de solutions en faveur de la mobilité de leurs salariés. En 2016, ils sont 61 % à envisager d’instaurer ou de poursuivre cette démarche pour des raisons écologiques (90 %) ou pour leur caractère innovant (81 %), tandis que l’économie n’arrive qu’en troisième position (80 %). Ils sont également 70 % à considérer la complexité de la mise en œuvre ou encore 47 % à déclarer leur entreprise non concernée par le sujet. Et 31 % affirment y être poussés, à la demande de leurs salariés.

Des déplacements en baisse

JPEG - 204.3 ko
Moyens de transport par ordre d’importance.

Si le parc automobile continue d’augmenter, et les immatriculations flottes avec, le baromètre nous indique qu’en dehors du vélo l’ensemble des moyens de transport mis à la disposition des salariés pour leurs les déplacements professionnels régresse ; qu’il s’agisse du plus utilisé (la voiture de fonction, pour laquelle la baisse est de 6 points) ou des véhicules en pool (– 23 points). Bref, les collaborateurs se déplacent moins, poussés en cela par leur dirigeants, soucieux d’économie et d’efficacité. D’autant que cette édition observe une progression du nombre de salariés amenés à réaliser des déplacements professionnels. Dans ce contexte de mobilité croissante de leurs collaborateurs, les dirigeants reconnaissent que la mobilité durable devient un enjeu majeur, avis partagé par leurs salariés. Ils sont respectivement 78 % et 80 % à la juger indispensable. Pour autant, les moyens mis en œuvre par les entreprises demeurent classiques et visent d’abord à limiter les déplacements des salariés plutôt qu’à les faciliter.
À ce stade, la balle est classiquement renvoyée vers les pouvoirs publics et autres acteurs du transport public, à qui reviendrait la tâche de se mobiliser pour offrir des solutions nouvelles permettant de faciliter les déplacements des salariés. Trente-sept pour-cent des dirigeants déclarent attendre ce soutien, soit 13 points de plus qu’en 2013 (24 %). Une requête en phase avec les propositions du Livre blanc de la mobilité durable, publié fin 2015 par le Club, qui formule un certain nombre de propositions à destination des pouvoirs publics et des entreprises pour faire évoluer les comportements en matière de mobilité.

Parmi les solutions

JPEG - 111.3 ko
L’avenir est à l’intermodalité !

Une majorité des dirigeants interrogés plébiscitent l’idée de créer un passe mobilité universel mêlant « ticket unique » et partage d’information entre usagers (88 %), approuvent la proposition de mutualiser et d’ouvrir les données de mobilité issues d’équipements comme Autolib’, ce qui permettrait de créer de nouveaux services pour optimiser les déplacements (85 %), et se déclarent favorables à la création de hubs de la mobilité, soit l’installation de parkings-relais gratuits en amont et en aval des grands axes de circulation (84 %). La création de tels hubs séduit aussi particulièrement les salariés, qui placent cette proposition en tête de leur classement (80 %), ex æquo avec l’auto-partage, que ce soit en entreprise ou dans les collectivités locales (80 % chaque proposition). « Oui aux grands débats – COP21, loi de transition énergétique – qui font bouger les mentalités. Mais place aussi au pragmatisme », déclare Bruno Leray, directeur général d’Athlon. Et de poursuivre : « Les idées sont là, elles ne manquent pas. Il faut simplement pouvoir les mettre en œuvre, et c’est l’incitation – notamment fiscale – et/ou l’action des pouvoirs publics qui permettront de concrétiser ces idées. »

Mots clefs associés à cet article : Autopartage, Crédit mobilité, Mobilité durable, Multi-modalité

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER