Mercedes-Benz lance son offre de LCD pour véhicules utilitaires

Publié le par

Deux ans après avoir lancé son offre de location longue durée pour les véhicules particuliers, Mercedes-Benz l’étend aux véhicules utilitaires.

Le constructeur compte mettre 10 à 20 véhicules en location par concession.
Le constructeur compte mettre 10 à 20 véhicules en location par concession.

C’est avec beaucoup de fierté que Harry Salamon, directeur général Mercedes-Benz Vans France, a annoncé la semaine dernière les bons résultats de l’offre de location de sa gamme de véhicules particuliers. Baptisée Mercedes-Benz Rent, cette offre va s’étendre à la gamme de véhicules utilitaires de la marque. Ce programme est réalisé en partenariat avec Mercedes-Benz France, la direction générale VUL, la société de financement Mercedes-Benz (MBFS) et un prestataire externe AIXIA, expert en location courte durée et fournisseur de logiciels de réservation.

« Le groupe ne fournit pas de logiciel standard pour la gestion du parc, explique le directeur. Or, on ne peut pas faire ce métier sans un logiciel qui gère le parc, l’exploitation du parc et la connexion à travers le site internet pour que les clients puissent réserver les véhicules. » Le prestataire externe se chargera également de la formation du conseiller dédié à cette nouvelle offre. Un projet pilote à Toulouse débute cette semaine.

JPEG - 31.4 ko
Harry Salamon.
L’Automobile & L’Entreprise : Pourquoi avoir fait ce choix du véhicule utilitaire ?
Harry Salamon : Ce que l’on veut proposer à la marque, c’est d’abord une réponse à une demande du marché. On y a répondu avec une offre triangulaire, à savoir une grande flexibilité en termes de période de location (du jour à l’année), une grande souplesse pour couvrir toutes les utilisations possibles (artisan, particulier, entreprise, association) et à la base de ce triangle, toute la gamme, aussi bien du véhicule utilitaire typé professionnel que des utilitaires de type VP. Cette solution de location courte durée, que pouvaient proposer certains concessionnaires, n’était pas une vraie offre structurée.

L’Automobile & L’Entreprise : En quoi consiste cette offre ?
Harry Salamon : C’est une offre de location courte durée (de 1 jour à 1 an), qui s’applique aux particuliers comme aux professionnels. Les mots d’ordre : souplesse, flexibilité et adaptation aux besoins du client. Plus exactement, c’est une réponse à l’entrée d’un nouveau collaborateur, à un problème de pic d’activité ou d’exploration d’une nouvelle activité… C’est du véhicule à la demande. Mais cette offre est bien plus que des nouveaux produits – car tous les VUL mis à disposition sont neufs – c’est également un vrai plus en termes de marketing, une vitrine technologique de notre marque pour faire découvrir l’ensemble de la gamme à nos clients. Et c’est très important pour nous de garder les clients dans nos véhicules, quel que soit leur besoin de mobilité. Nous envisageons une flotte de 10 à 20 véhicules par concessionnaire suivant sa taille. L’offre VP, lancée il y a deux ans, est très similaire à celle du VU. En revanche, il y aura plus rapidement une utilisation professionnelle de pure location, car les besoins sont là et évidents, alors que le VP a plutôt commencé avec l’après-vente et progressivement la location courte durée traditionnelle. Le mix va être un peu différent, mais l’outil et la logique financière sont les mêmes à la fin.

A&E : D’ailleurs, comment se développe l’offre Mercedes-Benz Rent pour les VP ?
HS : Le programme du VP se développe très bien, avec 28 agences opérationnelles, 16 en cours de déploiement et signature, un parc distributeur de 400 véhicules disponibles et un chiffre d’affaire de 10 000 euros par an et par véhicule. Donc on y croit beaucoup pour le véhicule utilitaire. Et l’expérience du VP démontre que le résultat est meilleur que celui que l’on croyait. Le seul point d’équilibre que l’on surveille, c’est la taille du parc du concessionnaire. Est-ce qu’un concessionnaire avec un petit parc va réussir à le mettre en place car il va falloir un conseiller à former pour proposer l’offre en concession. Donc il y a peut-être une taille minimum en dessous de laquelle cela va être difficile, car il faut financer la personne qui conseille en point de vente. Mais dès lors qu’on franchit ce cap-là il n’y a plus de résistance du réseau. Le plus dur c’est presque de trouver les bons conseillers.

A&E : Quelle serait la solution à ce problème ?
HS : On pense à une mutualisation du réseau. Si un petit site ne peut pas avoir à accès à cette offre, la mutualisation permettrait d’y remédier. Et le véhicule que le petit site n’aurait pas lui serait disponible sur le site principal. Tout comme le conseiller. Ce qui permettrait de répondre aux besoins de tous les clients.

Mots clefs associés à cet article : Mercedes-Benz, LCD

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER