Liberté surveillée pour citoyens présumés délinquants !

Publié le par

Liberté surveillée pour citoyens présumés délinquants !

Liberté surveillée pour citoyens d’une République qui guette leurs faux pas. Tel est le titre d’une chronique parue en 1895 sous la plume de l’essayiste et journaliste Marie-Justin Maurice Coste, dit Maurice Talmeyr, qui vitupérait, à bon escient, contre une liberté de façade pour des citoyens dont les représentants de la République « guettent le moindre faux pas et qu’ils criblent ; qui d’une fiscalité lourde ; qui de formalités administratives ubuesques. »
S’ensuit une démonstration listant tous les instants de notre vie, gérée et contrôlée pour être soumise à la taxe, à la contrainte, à la limitation des libertés et à la surveillance permanente de nos faits et gestes, le tout sous couvert du postulat suivant : le Français doit payer – sans murmurer serait le mieux –, mais mieux vaut le surveiller car le nécessaire délinquant en puissance qu’il est ne doit pouvoir se soustraire au but ultime, le ponctionner !
Près de cent vingt ans plus tard, rien n’a changé. Pis, la situation s’est même aggravée puisque ce que l’on nous imposait – dans tous les sens du terme – nous était alors présenté comme étant fait et rendu nécessaire pour notre bien, voire notre sécurité. Aujourd’hui l’on va plus loin, sans fard ni remords. L’on ne parle plus ni de bien, ni de sécurité, ni de prévention. L’on se contente de tout faire pour, non plus nous ponctionner, mais désormais nous racketter… Et c’est malheureusement ce principe qui prévaut avec l’interdiction des avertisseurs de radars et autres retraits des panneaux routiers alors installés « pour notre sécurité aux endroits dangereux et autres points noirs. » Mais comme nous avons pris l’habitude d’y faire attention, les octrois métalliques mis en place ne rapportent plus autant qu’auparavant… d’autant que nous entrons dans une très coûteuse campagne électorale. Il faut donc piéger le citoyen, chaque fois que possible, l’amener à fauter le plus souvent pour qu’il paye toujours et encore…
Et pourtant, Dieu sait si nous sommes favorables à plus de sécurité routière et au bien-conduire et se conduire. Nous en avons même fait une rubrique régulière, pris le parti et remis des Trophées en ce sens. Mais là, trop c’est trop ! Et c’est avec force voix que nous crions, en chœur je l’espère, laissez-nous vivre en paix et en adultes responsables, arrêtez de céder aux lobbies qui au nom du dogme veulent imposer à l’ensemble des citoyens leurs délires “ayatollesques”… Bref : FOUTEZ-NOUS LA PAIX !

Mots clefs associés à cet article : Droits

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER