La pollution responsable de 23 % de la mortalité mondiale

Publié le par

Sur les 12,6 millions de décès annuels liés à la pollution, 1,4 million se situe dans la seul région Europe.

Des chiffres étonnamment importants.
Des chiffres étonnamment importants.

Des chiffres à vous couper le souffle, sans pour autant vous empêcher de respirer, mais tout de même… Une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) révèle que, sur les 52 millions de décès annuels enregistrés, 23 % (12,6 millions d’individus) sont dus à des causes environnementales ou plutôt à des atteintes à l’environnement. Et le triste classement des régions les plus touchées est le suivant :
- 3,8 millions pour l’Asie du Sud-Est (Chine comprise) ;
- 3,5 millions dans la région du Pacifique occidental ;
- 1,4 million pour l’Europe ;
- 845 000 dans la région de la Méditerranée orientale ;
- 847 000 pour les Amériques.

Toujours sur ce total, 8,2 millions de morts sont imputables aux maladies non transmissibles. Les gens étant exposés aux facteurs de risque à leur domicile, sur leur lieu de travail et dans leurs communautés du fait de :
- la pollution de l’air : à l’intérieur et à l’extérieur des habitations ;
- un accès insuffisant à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène ;
- aux produits chimiques et autres agents biologiques ;
- aux radiations : ultraviolets et radiations ionisantes ;
- au bruit, aux risques professionnels… ;
- aux pratiques agricoles : pesticides et recyclage des eaux usées ;
- aux constructions : logements et routes ;
- au changement climatique.

Si par ailleurs vous êtes un enfant (1,7 million de morts) ou un adulte âgé de 50 à 75 ans (4,9 millions de décès), vous aurez plus de mal à passer à travers tout ce qui précède… Et il est urgent d’améliorer notre environnement pour préserver notre santé en appliquant des stratégies à faibles émissions de carbone, en utilisant des transports plus collectifs, en introduisant des technologies de combustibles propres, en réduisant les expositions professionnelles, en développant l’accès à l’eau potable, en modifiant nos modes de consommation, en prenant des mesures pour nous protéger du soleil, en imposant des interdictions de fumer ou les expositions aux fumées et en intégrant une approche environnementale à toutes les politiques afin de créer des environnements plus sains. Vu l’ampleur de le tâche, il faut avoir une énorme dose d’optimisme pour espérer s’en sortir.

Mots clefs associés à cet article : Pollution, Plan de prévention

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER