La métropole de Lyon négocie son virage vert

Publié le par

Lauréate du Trophée de la collectivité de l’année 2017, la métropole de Lyon cherche à diminuer le nombre de véhicules dans sa flotte et à réduire la part du diesel dans son mix énergétique. Pour cela, elle a trouvé une recette miracle : l’auto-partage.

La métropole de Lyon compte 820 véhicules VP dans sa flotte.
La métropole de Lyon compte 820 véhicules VP dans sa flotte.

En juillet 2017, les Trophées de L’Automobile & L’Entreprise récompensaient les véhicules, les services, les concessions, les gestionnaires, les collectivités et les administrations qui avaient marqué l’année 2017. Parmi les heureux élus, la métropole de Lyon qui a raflé le Trophée dans la catégorie Collectivités et Administrations.

Il y a trois ans, la métropole de Lyon n’existait même pas. La collectivité est née le 1er janvier 2015 de la fusion entre la communauté urbaine de Lyon et le département du Rhône. Résultat, elle rassemble aujourd’hui 1,3 million d’habitants sur 59 communes réparties sur 533 kilomètres carrés. Une collectivité énorme, qui réclame des services à la hauteur. Eau, assainissement, transports publics, urbanisme… Tous ces secteurs sont gérés par la métropole, qui embauche pas moins de 9 000 collaborateurs.

Naturellement, le nombre de véhicules à disposition des employés est important : on en compte 147 de plus de 3,5 t (type benne à ordures ou balayeuses) et 1 430 de moins de 3,5 t. Parmi ces derniers, il y a 820 berlines, 314 petits utilitaires et 296 fourgons. Une flotte gérée par Hervé Renucci, directeur du patrimoine et des moyens généraux au sein de la collectivité. « Nous avons essentiellement des Renault, Peugeot, Citroën, Fiat, Volkswagen et Ford. Seuls douze véhicules sont en location. Tout le reste de la flotte est acheté via l’Ugap et revendu au bout de dix ans en moyenne », commente-t-il.

Une des premières problématiques pour le responsable du parc a été de renouveler prioritairement les véhicules ayant une vignette Crit’Air 4 ou 5 pour en intégrer de moins polluants. Une initiative qui se ressent dans le mix énergétique de la flotte. On y trouve 722 essence, contre seulement 508 diesel. Le parc compte aussi 65 véhicules électriques, 1 hybride, 116 GPL, 16 GNV et 2 hydrogène.

« L’année 2017 marque un gros renouvellement. Nous avons bien sûr axé sur des véhicules plus propres, avec une préférence pour l’essence, mais nous misons aussi beaucoup sur l’électrique. Nous devons d’ailleurs recevoir la nouvelle génération de Renault Zoe, avec 300 kilomètres d’autonomie NEDC », détaille Hervé Renucci.

Deux pools d’auto-partage créés chaque année

JPEG - 437.7 ko
La métropole a misé sur l’électrique avec les Kangoo ZE.
Il y a trois catégories de véhicules dans la flotte de la métropole de Lyon. Les véhicules de fonction (au nombre de huit), les véhicules attribués (qui sont tous blancs et marqués du sigle métropole de Lyon), et enfin les véhicules en pools, accessibles à tous en auto-partage.

« Pour les véhicules attribués, 60 % du kilométrage correspond au trajet domicile-travail, indique le directeur. C’est une catégorie que nous cherchons à fortement réduire. Dès qu’un agent part à la retraite, nous récupérons son véhicule attribué, et son remplaçant a accès à l’auto-partage à la place. »

Résultat, la taille du parc est en diminution avec 110 véhicules de moins depuis huit ans. Le nombre de kilomètres parcourus dégringole également, tout comme la consommation de carburant, qui a chuté de 36 % en dix ans. Ces chiffres ont pu être atteints en grande partie grâce aux véhicules en auto-partage.

En métropole de Lyon, ce système a été mis en place depuis une dizaine d’années. Aujourd’hui, 215 véhicules sont accessibles en auto-partage dans une quinzaine de centres. On y trouve des véhicules électriques (majoritairement des Renault Zoe, des Kangoo ZE et des Citroën C-Zero), ainsi que des essence, et très peu de diesel. Une offre qui semble plaire aux collaborateurs : ils sont en effet 1 775 à utiliser régulièrement le service.

« Cette offre de véhicules en pools permet de compenser la disparition progressive des véhicules attribués. Nous souhaitons donc garder un rythme de création de deux pools d’auto-partage par an pour continuer sur cette dynamique », explique Hervé Renucci.

Afin de faciliter les déplacements, la métropole propose également du vélo-partage sur six de ces sites. L’an passé, 47 vélos dont 28 à assistance électrique étaient ainsi disponibles. Pour l’instant, le parc automobile de la métropole de Lyon est propre à 16 %. Mais, avec toutes les mesures mises en place ces derniers mois, Hervé Renucci espère atteindre les 20 % en 2018.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Flotte, Collectivités

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2017

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2017, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2017
COMMANDER