La Mercedes-Benz Classe C déclinée en version Plug-in Hybrid

Publié le par

JPEG - 95.7 ko
Après la Classe S, c’est au tour de la Classe C d’adopter, dans ses versions berline et break, la technologie hybride rechargeable développée par Mercedes-Benz. La C350 Plug-in Hybrid, rivale annoncée de la nouvelle Volkswagen Passat GTE, est équipée d’un moteur quatre cylindres essence de 211 ch, d’un moteur électrique de 82 ch, d’une boîte automatique à sept rapports et d’une batterie lithium-ion d’une capacité de 6,2 kWh rechargeable via une wallbox, une borne de recharge publique ou une prise domestique.
Forte de cet arsenal hybride, la berline est homologuée à seulement 48 g/km de CO2 et 2,1 l/100 km. Le break, un soupçon moins aérodynamique, émarge quant à lui à 49 g/km. Ces deux modèles sont en mesure de parcourir 31 kilomètres en mode 100 % électrique. Le conducteur peut bien entendu opter pour différents modes de conduite en fonction du parcours effectué. Il peut par exemple préserver le niveau de charge de la batterie ou procéder à sa recharge en roulant.

Volume de coffre en baisse

JPEG - 50.4 ko
Afin d’optimiser l’utilisation de cette Classe C pas comme les autres, Mercedes-Benz a mis au point des systèmes novateurs, comme une pédale d’accélérateur tactile. Si, pendant que le véhicule roule en mode électrique, le conducteur ressent un point de résistance au niveau de l’accélérateur, cela indique que le moteur électrique est à son maximum. S’il dépasse ce point de résistance, le moteur thermique entre en action. Autre cas de figure, le conducteur peut être invité, par le biais d’une double impulsion, à retirer son pied de l’accélérateur, par exemple lorsque les radars de l’auto détectent un véhicule roulant lentement devant. S’il obtempère, le moteur thermique se coupe et le véhicule bascule en mode roue libre ou en mode récupération.
Mercedes-Benz annonce par ailleurs un lot d’équipements assez intéressants. La C350 Plug-in Hybrid dispose de série d’une suspension pneumatique, d’une climatisation programmable à distance par Internet, d’un affichage tête haute et de plusieurs systèmes de sécurité et d’aide à la conduite.
S’il fallait trouver une faille à ce modèle hybride, ce serait la perte de volume de coffre par rapport aux versions thermiques classiques. L’implantation de la batterie à l’arrière du véhicule et au-dessus de l’essieu arrière réduit le volume de coffre à 335 litres pour la berline et à 350 litres pour le break. La banquette reste fort heureusement rabattable. La commercialisation est prévue pour le mois de mars.

Mots clefs associés à cet article : Mercedes-Benz, Berline, Break, Véhicule hybride

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER