Infractions : fin de l’impunité entre la France et l’Italie

Publié le par

À présent, les conducteurs français commettant des infractions routières en Italie devront payer leurs contraventions. Et réciproquement pour les Italiens en France.

Plus de traitement de faveur pour les chauffards italiens et français.
Plus de traitement de faveur pour les chauffards italiens et français.

Les autorités françaises et italiennes ont décidé de mettre fin à l’impunité des conducteurs de véhicules immatriculés en Italie commettant des infractions en France. Et réciproquement pour les immatriculations françaises en Italie. Une décision en conformité avec la directive européenne 2015/413 « facilitant l’échange transfrontalier d’informations concernant les infractions en matière de sécurité routière ». À présent, les conducteurs italiens et français recevront une contravention lorsqu’ils commettront une infraction respectivement en France et en Italie.

Le ministère de l’Intérieur explique avoir constaté, depuis le déploiement des radars en France, qu’environ 21 % des infractions concernaient des véhicules immatriculés à l’étranger alors que ceux-ci ne représentent que 5 % du trafic routier. Et rien qu’en 2015 414 000 infractions concernaient des véhicules immatriculés en Italie. « Il s’agit d’une mesure indispensable pour lutter contre les excès de vitesse, cause majeure d’accidentalité routière » justifie Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière et délégué à la sécurité et à la circulation routière. Et d’ajouter : « C’est aussi un pas supplémentaire vers l’égalité de traitement entre conducteurs français et étrangers que le Comité interministériel de la sécurité routière du 2 octobre dernier a voulu mieux assurer. »

Mots clefs associés à cet article : Sécurité routière

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER