Gestion de parc : automatiser les flux de données

Publié le par

Lors des Universités organisées par Gac Technology à Lyon, les acteurs de la gestion de parc ont pu échanger sur l’automatisation des flux et les services associés.

Les Universités de Gac Technology ont permis de faire le point sur les services flottes actuels et de demain.
Les Universités de Gac Technology ont permis de faire le point sur les services flottes actuels et de demain.

C’est aux Universités de Gac Technology, à Lyon, que nous avons pu assister à une table ronde sur un sujet très important de la gestion de parc : l’automatisation des flux. Pour en discuter, des représentants de Bouygues Construction, DKV et l’APRR s’étaient réunis afin d’apporter leur témoignage ainsi que des explications sur leurs collaborations avec Gac Technology sur ce thème.

L’automatisation des flux a pour but de ne pas avoir d’intervention humaine pour sécuriser l’échange des données. Et c’est d’autant plus important lorsqu’une entreprise comme Gac Technology importe depuis 2015 quinze millions de lignes de données par mois. Ces dernières proviennent de 56 fournisseurs en France et en Europe. L’entreprise a également créé une passerelle avec Arval pour l’import du carnet de vie du véhicule, LeasePlan pour la récupération des données de PowerFleet et discute avec Diac.

De nouveaux webservices

Depuis le logiciel Gac CarFleet, il est possible de commander des badges de télépéage, des véhicules et bientôt des cartes carburant. En effet, l’entreprise DKV a déjà mis en place le webservice permettant de commander ses cartes carburant. Ne reste plus qu’à interfacer celui-ci avec le logiciel de Gac Technology, ce qui ne nécessite pas de développement supplémentaire. Si la demande de gestion de carte est forte, DKV a la possibilité d’élargir son service avec d’autres fonctionnalités comme l’annulation ou encore l’opposition.

Il est également possible de commander des badges de télépéage de l’APRR via Gac CarFleet. Un client grand compte, qui est récemment passée chez Gac Technology, a mis en place ce webservice pour les filiales du groupe. « L’échange est plus rapide », commente un représentant de l’entreprise. « Il n’y a plus d’échanges humains mais une communication entre les deux systèmes. Il est possible de gérer la vie du badge, comme l’annulation par exemple. Pour le moment, il n’est pas possible de changer de statut et de gagner du temps en gardant le matériel commandé. »

Un bon bilan 2016, de nouveaux objectifs 2017

Gac Technology enregistre un chiffre d’affaires de 2,2 millions d’euros en 2016 et prévoit celui de 2017 à 3,2 millions d’euros. Sa croissance est de 52 %. Actuellement, la société compte 112 clients « en production » élevant la flotte de véhicules à la route à 184 000. Un volume grossi grâce à l’arrivée de Bouygues ou encore Engie. Gac Technology est présent dans quatre pays : l’Espagne, la Belgique, la Suisse et l’Italie.

Et l’entreprise ne compte pas s’arrêter là. De prochains développements sont déjà prévus pour l’année 2017, tels que la sortie d’une version mobile de Gac CarFleet, des webservices et une seconde version de Quick Import, son logiciel de récupération de données. L’année promet d’être riche en actualité…

Mots clefs associés à cet article : Gac Technology, Autoroute, Gestion de parc, Péages

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2017

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2017, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2017
COMMANDER