Engie et Michelin investissent dans l’hydrogène

Publié le par

Symbio FCell a procédé à une nouvelle levée de fonds et fait entrer Engie dans son capital à hauteur de 20 %.

Engie et Michelin investissent dans l’hydrogène

« Pouvez-vous lever votre prolongateur d’autonomie ? », lance Olivier Hertel (Science et Avenir) à Fabio Ferrari, CEO de Symbio FCell, voyant la salle bouger pour pouvoir apercevoir le système. L’animateur ajoute rapidement : «  Non je rigole, ça doit être lourd. » Fabio Ferrari profite de cette opportunité pour placer un trait d’humour : « Non ça va, c’est déjà moins lourd qu’une batterie électrique. » Rires dans la salle. Le prolongateur d’autonomie de Symbio FCell a été présenté de multiples fois lors de Salons dédiés à l’hydrogène. Celui-ci est utilisé, par exemple, sur des véhicules utilitaires tels que le Renault Kangoo.

Nous sommes à une matinale de l’innovation dédiée à l’hydrogène et organisée par Symbio FCell. L’entreprise a en effet une annonce à faire  : celle-ci a procédé à une nouvelle levée de fonds et a fait entrer Engie – après Michelin en 2014à hauteur de 20 % dans son capital. L’énergéticien s’engage dans la transition énergétique aux côtés de Symbio FCell. « Cette réunion est historique, déclare Thierry Lepercq, directeur général adjoint d’Engie. L’hydrogène est le chaînon manquant dans un système entièrement décarboné et digitalisé. »

Une connaissance de la mobilité

Ce qu’apporte Michelin de son côté, c’est une connaissance du constructeur. « On sait comment ils pensent l’évolution de l’hydrogène dans la mobilité », explique Laurent Noual, membre du comité exécutif du groupe Michelin. Et d’ajouter : « On a entre cinq et sept ans par rapport aux constructeurs mondiaux pour trouver en ville des emplacements économiques et des usages. » Le spécialiste du pneumatique et de la maintenance compte bien mettre ses équipes à profit (1 800 points de vente en Europe) pour développer cette mobilité.

À présent, Symbio FCell a toutes les clés en main pour que l’hydrogène puisse se déployer et « devenir un acteur important sur le marché », précise Fabio Ferrari. Ne reste plus qu’à attendre et voir si cette association porte ses fruits. Le représentant de Symbio FCell se projette : «  D’ici à cinq ans on aura les capacités de production pour faire baisser le prix de l’hydrogène au prix du diesel. »

Mots clefs associés à cet article : Renault, Véhicule électrique, Véhicule hybride, Hydrogène, Michelin

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER