Citroën Jumpy/Peugeot Expert, le nouveau duo de choc de PSA

Publié le par

Forts de nombreuses versions, les deux nouveaux utilitaires légers entendent couvrir l’ensemble des besoins des clients. Ils se distinguent également par un niveau d’équipement potentiel inédit sur le segment.

L'état-major de PSA était présent à Sevelnord pour la révélation des deux véhicules.
L'état-major de PSA était présent à Sevelnord pour la révélation des deux véhicules.

En investissant la bagatelle de 150 millions d’euros dans son usine de Sevelnord implantée à Lieu-Saint-Amand (Nord), PSA s’est donné les moyens de hisser la nouvelle génération de Citroën Jumpy et de Peugeot Expert au top niveau européen. Les deux utilitaires légers, dévoilés en grande pompe le 30 mars dernier dans l’enceinte de l’usine en présence de l’état-major de PSA, affichent sur le papier des dispositions particulièrement intéressantes.

Leur premier atout est leur modularité. Les deux véhicules sont déclinés en trois longueurs, dont une version compacte de 4,60 m unique sur le segment. Cette proposition XS se caractérise par son volume utile de 5,1 m3, sa charge utile de 1 400 kg (identique à toutes les versions), une longueur utile maximale au sol de 3,32 m et un rayon de braquage de 11,30 m.

Jusqu’à 6,6 m3 de chargement

JPEG - 444.4 ko
Le nouveau Peugeot Expert.
Vient ensuite une version M pointant à 4,95 m de long. Son empattement allongé lui procure une meilleure longueur utile au sol (3,67 m) et plus de volume utile (5,8 m3). Les clients à la recherche de grand volume pourront enfin opter pour la version XL, offrant un volume utile de 6,6 m3 et une longueur utile de 4,02 m grâce à son empattement et son porte-à-faux arrière allongés.

Ajoutons que les nouveaux Citroën Jumpy et Peugeot Expert sont en mesure de tracter jusqu’à 2,5 t et que leur hauteur contenue (1,90 m pour les versions XS et M, 1,94 m pour la version XL) est l’assurance de pouvoir pénétrer dans n’importe quel parking. Mais ce format ramassé n’est pas sans inconvénient. Notre premier contact avec les véhicules nous a permis de constater que l’association d’une assise haute et d’un plafond bas sera un véritable handicap pour les conducteurs de plus de 1,90 m. Ils devront composer avec un champ de vision fortement perturbé par la descente du toit.

JPEG - 1.9 Mo
Le nouveau Citroën Jumpy.
Le catalogue sera en outre composé d’une version plancher cabine en longueur M, de versions avec cabine approfondie (longueurs M et XL) permettant de transporter des personnes tout en conservant un espace de chargement, et de versions combi pouvant accueillir jusqu’à 9 personnes. Ces dernières propositions ne sont pas à confondre avec les Peugeot Traveller et Citroën SpaceTourer, qui sont des déclinaisons VP plus haut de gamme. Une démarcation de gamme qui existe par exemple chez Mercedes-Benz avec le Vito et le Classe V ou encore chez Volkswagen avec le Transporter, la Caravelle et le Multivan. Des versions carrossées seront également au programme ainsi que des versions 4 x 4 préparées par le spécialiste Dangel.

Des équipements issus de l’univers VP

Les deux utilitaires légers de PSA bénéficient ensuite d’une réelle montée en gamme en termes d’équipement. Ils pourront être dotés de portes latérales coulissantes mains libres s’ouvrant en passant le pied sous le pare-chocs arrière, du régulateur adaptatif de vitesse, de l’affichage tête haute, de la lecture des panneaux de signalisation, d’un écran de 7 pouces, de la navigation connectée, du Grip Control (motricité renforcée), du détecteur d’angle mort, du freinage actif d’urgence ou encore d’un boîtier télématique remontant des données pour les gestionnaires de flotte.

JPEG - 1.8 Mo
Vue de l’habitacle avec tous les équipements possibles.
Côté motorisations, PSA a mobilisé son bataillon BlueHDi Euro 6, qui équipe aujourd’hui l’ensemble des modèles particuliers des différentes marques du groupe. La gamme débute avec le 1.6 l BlueHDi 95 en boîte manuelle (144 g/km) ou en boîte pilotée ETG6 (135 g/km). Viennent ensuite les 1.6 l BlueHDi 115 ch BVM6 (133 g/km), 2.0 l BlueHDi 120 ch BVM6 (139 g/km), 2.0 l BlueHDi 150 ch BVM6 (139 g/km) et 2.0 l BlueHDi 180 ch EAT6 (151 g/km).

PSA annonce un intervalle d’entretien de 40 000 kilomètres ou 2 ans, sauf pour le BlueHDi 180, où l’intervalle passe à 30 000 kilomètres. Le réservoir d’AbBlue (22,4 l), indispensable pour être conforme à la norme Euro 6, devra quant à lui être rempli tous les 15 000 kilomètres. Le constructeur part pour l’heure sur une offre 100 % diesel. Il n’a pas prévu d’intégrer au catalogue des motorisations essence, et encore moins des offres hybrides et électriques.

Signalons enfin que les deux utilitaires légers sont considérés comme des outils de conquête, non seulement au niveau européen mais aussi dans des contrées plus éloignées comme l’Amérique du Sud et l’Asie. Ils constituent en outre les premiers maillons du plan de croissance « Push to Pass » du groupe industriel français, dont l’ambition est de commercialiser un nouveau véhicule par région, par marque et par an d’ici à 2021. Cette offensive sera riche de 26 véhicules particuliers et de 8 véhicules utilitaires légers, dont un pick-up d’une tonne de charge utile.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule utilitaire léger (VUL), PSA Peugeot Citroën

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER