Axègaz ouvre la première station GNL au CRT de Lille-Lesquin

Publié le par

Développée par Axègaz Solutions Transport, la première station-service publique de gaz naturel liquéfié (GNL) est opérationnelle au comité régional du tourisme (CRT) de Lille-Lesquin depuis le 30 mai.

Station GNL de Lille-Lesquin.
Station GNL de Lille-Lesquin.

Première installation du projet européen LNG Motion d’Axègaz, la première station-service publique de gaz naturel liquéfié (GNL) contribue au lancement du marché des véhicules GNL par une distribution flexible et compétitive aux transporteurs routiers. D’ici à fin 2016, les prochaines stations publiques ouvriront ainsi à Sainte-Geneviève-des-Bois, Dijon, Corbas et Orange. Le but étant de déployer à terme un réseau en Europe composé de 42 stations-service publiques et d’une flotte d’au minimum 200 véhicules, accompagné d’une étude pluridisciplinaire sur les enjeux logistiques du gaz. Tel est l’ambitieux projet d’Axègaz et du groupe Charles André (GCA), déposé sous le nom de LNG Motion dans le cadre du programme européen CEF.
Les atouts de la propulsion au gaz ont été démontrés en 2015 par une étude comparative qui fait aujourd’hui référence. Elle a été réalisée à l’initiative d’Easydis, filiale logistique de Casino, avec le soutien et le concours de l’Ademe, d’Iveco, d’Axègaz, de la société d’ingénierie CRMT et des Transports Jacky Perrenot.

Le GNL à l’épreuve

Sur différents profils de parcours effectués en charge par deux tracteurs Iveco (Stralis Euro 6 de 460 ch et Stralis GNL de 330 ch), la baisse moyenne des émissions de CO2 est de 10 %. Et elle monte jusqu’à 70 % avec l’emploi de biométhane ou de bio-GNL ! « Avec 200 tracteurs routiers au bio-GNL, la réduction des émissions CO2 est équivalente aux rejets de 20 000 voitures citadines », souligne Édouard de Montmarin. Pour les oxydes d’azote (NOx), l’écart en faveur de la propulsion gaz est tout aussi significatif avec une diminution comprise entre 30 et 70 %, pour des émissions de particules quasi nulles sans filtre ni entretien associé. Ceci, sans compter la division par deux des nuisances sonores, déterminantes pour les applications urbaines, en particulier nocturnes. Un prix inférieur de 20 % par rapport au gazole et la disponibilité de la ressource sont d’autres arguments qui plaident en faveur du gaz naturel.

La nécessité de disposer d’un réseau

Deux conditions sont désormais nécessaires à la transition vers ce carburant alternatif sous sa forme compressée (GNC) ou liquéfiée (GNL). Selon Claude Blanc, directeur technique de GCA, il faut « disposer d’un réseau de distribution dense et de véhicules performants permettant une exploitation rentable dans tous les segments du transport routier ». Tel est le but poursuivi par le projet européen LNG Motion, auquel concourent Axègaz et GCA. « Notre projet représente un investissement de plus de 60 millions d’euros à travers le déploiement d’un réseau de distribution GNL composé de 42 stations-service publiques dans 9 pays européens, dont la France, et l’acquisition de 200 véhicules GNL », présente Jérôme Minfray, directeur commercial de la branche vrac.

Mots clefs associés à cet article : Carburants alternatifs, GNL

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER