Audi utilise la biologie pour produire son e-gas

Publié le par

Audi utilise un nouveau procédé de production de son e-gas dans une usine pilote en Allemagne.

Les modèles g-tron fonctionnent à l’essence, au gaz naturel classique, au biométhane et à l'Audi e-gas durable.
Les modèles g-tron fonctionnent à l’essence, au gaz naturel classique, au biométhane et à l'Audi e-gas durable.

Audi investit dans le carburant alternatif et durable. Le constructeur allemand vient de lancer une usine pilote en Allemagne – en collaboration avec le groupe Viessmann – de production de son e-gas à partir d’un procédé biologique : les micro-organismes.

La production de ce carburant de synthèse se déroule en deux étapes : l’électrolyse de l’eau et la méthanisation. La première est identique au procédé adopté dans les autres usines de production. Elle consiste à utiliser de l’électricité (produite de manière renouvelable) pour décomposer l’eau (H20) en hydrogène (H2) et en oxygène (O2). La seconde étape change en passant d’un procédé thermochimique à un procédé biologique, qu’est l’utilisation des micro-organismes.

Une fabrication à partir de micro-organismes

La méthanisation consiste à combiner l’hydrogène et le dioxyde de carbone, dont la réaction chimique produit un méthane de synthèse, l’Audi e-gas. Dans le nouveau procédé, des micro-organismes sont utilisés pour absorber l’hydrogène. En traversant leurs parois cellulaires, l’hydrogène est dissous dans le liquide et le dioxyde de carbone. C’est à partir de ces molécules qu’est formé le nouveau méthane.

Le nouveau processus de fabrication, contrairement au précédent sous haute pression et haute température, fonctionne sous pression de 5 bars et à basse température. Autre avantage de ce carburant : le CO2 n’a pas besoin d’être hautement concentré ou sous une forme purifiée.

Une première usine d’e-gas durable

Audi exploite à Werlte (Allemagne) les premières installations industrielles de méthane synthétique, mais il le produit également dans d’autres usines. « La technologie Power-to-Gas permet à la marque aux quatre anneaux de stocker de l’énergie renouvelable excédentaire, ce qui constitue une contribution précieuse à la transition énergétique » avait expliqué la marque lors de l’annonce de l’A4 Avant g-tron. L’usine pilote de Viessmann, située à Allendorf en Allemagne, est la première Power-to-Gas à utiliser la méthanisation biologique en Allemagne.

Le nouveau partenaire permet à Audi de fournir un nombre croissant de clients utilisant des modèles au gaz naturel. Les ventes de la nouvelle Audi A4 g-tron fonctionnant au gaz naturel débuteront fin 2016. Les modèles g-tron fonctionnent à l’essence, au gaz naturel classique, au biométhane et à l’Audi e-gas durable.

Mots clefs associés à cet article : Audi, CO2, GNV

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER