Arval développe une application d’auto-partage

Publié le par

Arval propose une solution d’auto-partage depuis 2011. Pour moderniser son offre, une refonte du site de réservation ainsi qu’une application mobile sont prévus pour le mois de mai.

Arval propose une solution d'auto-partage multimarque.
Arval propose une solution d'auto-partage multimarque.

C’est lors d’une matinée de visite que le loueur longue durée a souhaité présenter son offre d’auto-partage. Déployée depuis 2011, la solution a également été mise en place sur le site de la société, à Rueil-Malmaison. Elle permet de remplacer la commande de taxi ou la réservation de voiture en LCD. « Notre solution vient trouver de plus en plus de réponses en entreprise » explique Philippe Fuentes, responsable marketing produits chez Arval France. « On voit le phénomène s’amplifier dans le B2B comme dans le public. La mairie de Bondy, par exemple, utilise une cinquantaine de véhicules. » Ce service à la mairie a été mis en place pour mutualiser la flotte et limiter les abus d’usage.

L’auto-partage, c’est également la possibilité de faire entrer plus facilement des véhicules électriques au sein de son parc automobile. « L’outil permet d’adapter le véhicule aux besoins de déplacement, commente Philippe Darmon,
chef de produits nouvelles mobilités chez Arval France. Le véhicule électrique est bien pour un besoin ponctuel, pour une journée, une courte distance, etc. C’est là où il prend tout son sens. » La société est par exemple présente sur trois sites Carrefour, tant en thermique qu’en électrique. L’auto-partage chez Arval, c’est 350 véhicules multimarques à la route sur une grosse vingtaine de clients.

Responsabiliser les collaborateurs

Les avantages de cette solution d’auto-partage sont nombreux : augmentation du taux d’utilisation, économie de carburant, baisse de sinistralité, etc. Pour ce dernier, les véhicules sont réservés nominativement sur une plate-forme dédiée. À la réservation, après avoir entré le créneau horaire souhaité, le nombre de personnes présentes et de kilomètres à réaliser ou encore le nombre de bagages, le collaborateur s’engage juridiquement en acceptant la Charte de l’entreprise. Une façon de le responsabiliser. L’employé a également la possibilité d’envoyer un push (une alerte sms) à son N + 1 pour le tenir informé de la réservation d’un véhicule, et donc de son déplacement.

JPEG - 8.5 Mo
Le collaborateur a accès à son véhicule grâce à son badge. Ce dernier lui permet de déverrouiller et verrouiller les portes de son véhicule réservé, grâce à la technologie sans contact RFID placée côté conducteur sur le coin inférieur du pare-brise. Elle fonctionne comme un passe de transports en commun. Puis, pour désactiver le système anti-démarrage de la voiture, il faudra pianoter sur un petit pavé numérique le code pin envoyé par sms lors de la réservation.

Le smartphone, bientôt la clé de l’auto-partage

Le système installé pour l’auto-partage est une sorte de boîtier télématique évolué. Plus qu’un simple dongle installé sur la prise diagnostic, le système demande environ deux heures d’installation. N’importe quel modèle de véhicule peut être équipé – ou déséquipé – de la solution. « Nous n’avons pas de géolocalisation de véhicule par défaut, ajoute Philippe Darmon. Mais nous pouvons l’intégrer au système si l’entreprise nous le demande. »

L’entreprise ne souhaite pas s’arrêter là. Pour moderniser son offre d’auto-partage, Arval va lancer courant mai une application smartphone servant à la fois de clé de déverrouillage et de démarrage du véhicule. Plus exactement, il pourra ouvrir le véhicule et stockera les informations – actuellement envoyées par sms – de réservation. Autre fonctionnalité : lors de la prise en main du véhicule, l’usager devra confirmer son état global ou contester, via des photos, s’il constate un sinistre.

Le site de réservation est également en cours de refonte. Il sera modernisé pour le mois de mai.

Mots clefs associés à cet article : Arval, Flotte, Autopartage, Smartphone

Voir aussi :

Recherche
Guide Fiscal 2016

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2016, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2016
COMMANDER